SFR prêt à baisser ses tarifs pour garder ses clients

TELECOM L'arrivée de Free Mobile et les tarifs pratiqués par les nouveaux arrivants donne quelques sueurs froides à l'opérateur, qui préfère prévenir que guérir...

S. C. avec Reuters

— 

WITT/SIPA

Mieux vaut prévenir que guérir? SFR anticipe l'arrivée de Free mobile et de ses tarifs annoncés comme à prix «cassés». L'opérateur télécom SFR a annoncé mardi la refonte intégrale de ses offres mobiles, assortie de baisses tarifaires de l'ordre de 25%. «A compter du 15 juin, tous les clients (anciens comme nouveaux) de SFR bénéficieront d'une nouvelle politique tarifaire qui récompense davantage leur fidélité», indique l'opérateur dans un communiqué.

Lutter contre le désabonnement

La filiale de Vivendi veut ainsi limiter d'un point le taux de désabonnement chez ses clients pour ramener le «churn» à 14%, et compte relancer ses conquêtes grâce à la simplification de sa grille tarifaire. «Il y a six mois avec (le PDG) Frank Esser, on a redéfini notre stratégie d'entreprise (...) On passe de 33 à huit tarifs», a expliqué Frank Cadoret, le directeur général des segments grand public et professionnel. Concrètement, SFR proposera désormais 3 formules et 8 forfaits (lire le détail des forfaits proposés ici). 

Cette refonte complète comprend la «baisse du prix du forfait mensuel à l'issue de la période d'engagement, le renouvellement de mobile proposé au tarif "nouveaux clients" pour tous», et l'ensemble «des formules disponibles avec ou sans mobile, avec ou sans engagement». En clair, à l'issue de son engagement, si l'abonné choisit de conserver son appareil, il pourra bénéficier de conditions préférentielles.

Les principaux changements

Qu’est-ce qui change exactement? SFR va miser une partie de sa stratégie sur les abonnements vendus sans mobile. «Le client changeait parfois son mobile sans qu'il y ait de véritable innovation dans le produit, simplement parce qu'il renouvelait son forfait et que le portable lui coûtait un euro», explique Frank Cadoret. Selon lui, la vente d'un smartphone subventionné (vendu avec un abonnement donc moins cher que vendu «nu», sans abonnement) coûte plus d'une centaine d'euros à l'opérateur, voire même jusqu'à 600 euros dans certains cas.

En clair, il sera possible de souscrire un abonnement, sans changer de téléphone. En contrepartie, le prix du forfait baisserait jusqu'à 35% ou 45%. Le groupe français, qui recrute aujourd'hui 15% de ses clients grâce à des offres de téléphonie vendues sans mobile, estime pouvoir atteindre dans un an le cap du million d'abonnés acquis sans subventionner d'appareil. Quant à ceux qui voudront changer de téléphone, ils pourront bénéficier des mêmes tarifs attractifs que ceux habituellement réservés aux nouveaux clients.

Récompenser la fidélité

Autre changement: de nouveaux tarifs, plus avantageux, destinés aux clients actuels pour récompenser leur fidélité. Et les inciter à se réabonner. Ainsi, les clients en fin de période d'engagement verront baisser le prix de leur forfait mensuel jusqu'à 9 euros, sans contrepartie. Ceux qui choisiront de se réabonner 12 mois ou de conserver leur mobile auront droit à une autre remise, pouvant aller jusqu'à 14 euros.

A quelques mois de l'entrée sur le marché de Free Mobile, la filiale d'Iliad, qui a promis de prendre des parts de marché en cassant les prix, SFR estime que la refonte de ses offres défie toute concurrence. Aux autres opérateurs de parler.

Partenariat avec Spotify

SFR a officialisé son accord avec le site de musique en ligne Spotify pour proposer plusieurs forfaits avec le service musical en ligne, inclus en illimité. Il répond ainsi à Orange qui s’est associé à Deezer.