Au fait, c’est quoi le «Cloud»?

INTERNET Alors qu'Apple a dévoilé lundi soir son service de stockage en ligne iCloud, dans la lignée d'Amazon et de Google...

Sandrine Cochard

— 

Amazon Cloud Drive et Cloud Playrer est un service de stockage et de streaming.
Amazon Cloud Drive et Cloud Playrer est un service de stockage et de streaming. — DR

Tout le monde a son cloud. Google, Amazon et désormais Apple, qui a dévoilé lundi le lancement d’iCloud, son service de stockage de données en ligne. En quoi consiste le cloud computing et quelles sont ses applications? 20minutes.fr fait le point.

En quoi consiste le cloud?

Il s’agit d’un service de stockage de données en ligne. Concrètement, le cloud propose à son utilisateur d’héberger ses fichiers sur des serveurs externes et accessibles de n’importe où, via Internet. Une façon de se passer de son disque dur personnel et d’obtenir un espace de stockage plus important, moyennant un abonnement.

Quelles sont ses applications?

Cela concerne tous les contenus dématérialisés. Il peut s’agir de documents (comme les Google Doc), de photos (comme sur FlickR ou Facebook), de vidéos (comme sur Dailymotion ou YouTube) ou encore de musique (comme sur Spotify ou Deezer). Les messageries Web comme Yahoo, Hotmail et autres sont également un service de cloud. En clair, tout internaute a déjà utilisé au moins une fois un tel service.

Quels acteurs du Net proposent déjà du cloud?

Les principaux. Amazon et Google ont déjà ouvert le bal en annonçant coup sur coup leur offre de musique en ligne. Le premier a lancé à la fin mars Amazon Cloud Drive/player, le second a suivi au début mai avec Google Music.Sans compter les nombreux sites de services de musique en streaming qui existent déjà, comme Deezer (qui a lancé lundi une nouvelle version) et Spotify, qui devrait s’associer à Facebook pour lancer un service musical sur le réseau social.

Combien pèse le business du cloud?

Le marché mondial du cloud promet d’exploser. Dans son rapport «Sizing The Cloud» publié le 21 avril dernier, le cabinet d’études Forrester Research estime qu’il devrait atteindre 241 milliards de dollars vers 2020. Une progression impressionnante si l’on compare avec son poids économique actuel de 40,7 millions de dollars en 2010, selon la même étude.

Quelles sont les limites du cloud?

Le piratage, les pannes et les bugs. Le cloud est un service Web. Son bon fonctionnement dépend donc de la fiabilité du réseau. Or, les attaques dont a récemment été victime Sony, sur son Playstation Network puis sur son site Sonypictures.com, soulignent l’importance de la sécurisation de ces services. Car si le service est paralysé, c’est l’ensemble des utilisateurs qui l’est également. Et si les failles sont trop nombreuses et perméables, qui prendra le risque de voir tous ses fichiers stockés en ligne être inaccessibles, espionnés, copiés voire détruits? La solution est de prévoir un plan B, en sauvegardant tout ou partie de ces fichiers chez soi ou en interne, pour ne pas dépendre uniquement de ces services (le principe de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier). Mais le cloud perd alors en utilité. Autre question: les internautes stockant des fichiers illégaux seront-ils inquiétés? A priori non, les fichiers stockés sont personnels et échappent, comme les mails, au scanner des sociétés traquant les échanges de fichiers illégaux.