Avec iCloud, Apple lance son propre nuage

INTERNET Steve Jobs doit dévoiler ce lundi soir les nouveautés prévues par Apple pour les mois à venir, à commencer par son service de stockage en ligne...

Sandrine Cochard

— 

Steve Jobs le 7 juin 2010, à la présentation de l'Iphone 4
Steve Jobs le 7 juin 2010, à la présentation de l'Iphone 4 — Paul Sakuma/AP/SIPA

Apple emboîte le pas de Google et d’Amazon. La firme doit dévoiler lundi soir un nouveau service baptisé iCloud qui proposera aux utilisateurs de stocker leur musique, leurs photos et leurs vidéos en ligne. C’est Steve Jobs lui-même qui assurera cette nouvelle keynote à San Francisco. Il s’agira de la seconde présentation du patron d’Apple (après celle de l’iPad 2) depuis l’annonce de son arrêt maladie, en janvier dernier.

Un marché, beaucoup d’acteurs

Apple n’est pas la première marque à se lancer dans le «cloud», cet espace de stockage dématérialisé qui permet aux internautes de conserver leurs fichiers sur des serveurs externes et accessibles de n’importe où, via Internet. Amazon et Google ont déjà ouvert le bal en annonçant coup sur coup leur offre de musique en ligne. Le premier a lancé fin mars Amazon Cloud Drive/player, le second a suivi début mai avec Google Music.

Sans compter les nombreux sites de services de musique en streaming qui existent déjà, comme Deezer (qui lance ce lundi une nouvelle version) et Spotify (qui devrait s’associer à Facebook pour lancer un service musical sur le réseau social).

La musique numérique prend de l’ampleur

Il faut dire que le marché de la musique numérique gagne, enfin, du terrain. Fin 2010, les ventes digitales de titres musicaux en France représentaient ainsi 19% des ventes de musique enregistrée, avec des revenus de 42,9 millions d’euros pour le premier semestre 2010. Soit une progression de 12% par rapport au premier semestre 2009, selon des chiffres fournis par le Syndicat national de l'Edition phonographique (Snep) en novembre dernier.

Le marché mondial du cloud promet même d’exploser. Dans son rapport «Sizing The Cloud» publié le 21 avril dernier, le cabinet d’études Forrester Research estime qu’il devrait atteindre 241 milliards de dollars vers 2020.

Un nouvel eldorado sur lequel se sont rués les principaux acteurs du web dès 2009 et dont Apple était étrangement absent. Deux ans plus tard, la firme a eu le temps d’affûter sa riposte et de proposer son offre, dévoilée ce lundi soir, donc, et baptisée iCloud.

Les atouts d’Apple

Et Apple dispose de sérieux atouts pour bousculer un marché encore émergent. Notamment grâce à iTunes, sa plateforme qui, avec 200 millions de comptes et plus de 10 milliards de chansons vendues (cap atteint en février 2010), fait d’Apple le premier distributeur de musique au monde. L’offre musicale n’est donc pas un problème, de même que la clientèle.

D’autant qu’Apple aurait pris une longueur d’avance sur Google et Amazon en signant des accords avec les quatre plus grandes maisons de disques: EMI, Warner, Sony et Universal.

Reste la question du stockage. Apple a déboursé un milliard de dollars pour construire un immense centre informatique de plus de 46.000 m2 en Caroline du Nord. Achevé en octobre dernier, il serait capable de stocker 12 petaoctets (12 millions de Go) de données. Apple revient plus que jamais dans la course.