e-G8: «Former des milliers d'étudiants pour que le prochain Facebook soit découvert en France»

INTERNET Rencontre avec quelques participants au premier sommet mondial dédié au Net, mardi et mercredi à Paris...

Propos recueillis par Sandrine Cochard

— 

Marc Simoncini, le fondateur du numéro un européen des sites de rencontres Meetic, a indiqué mardi espérer "trouver un acquéreur d'ici la fin de l'année" pour lui céder les 22,98% du capital qu'il détient.
Marc Simoncini, le fondateur du numéro un européen des sites de rencontres Meetic, a indiqué mardi espérer "trouver un acquéreur d'ici la fin de l'année" pour lui céder les 22,98% du capital qu'il détient. — Eric Feferberg AFP/Archives

Qu'attendent les participants de cet e-G8, le premier sommet international dédié aux problématiques du Net? Réponse avec trois d'entre eux rencontrés par 20Minutes.

Marc Simoncini, fondateur de Meetic:

«Il y a deux sortes de problèmes: ceux que le Net subit et ceux que le Net génère, et il est important de s'attaquer à ces deux catégories avec équité. Je n'attends pas grand chose de concret de cet e-G8 car deux jours, c'est trop court pour résoudre ces problèmes très complexes. Je ne ferai pas partie de la délégation qui s'entretiendra avec les chefs d'Etat du G8 mais j'aimerais défendre attirer l'attention sur la formation des élèves à l'Internet (il va ouvrir une école des nouveaux métiers du Net avec Xaviel Niel, pdg de Free, et Jacques-Antoine Granjon, pdg de vente-privee.com, en septembre prochain à Paris). Nous avons besoin en France d'étudiants avec des notions de programmation, d'indexation, d'usage du web... Nous devons former des milliers d'étudiants pour que le prochain Facebook soit découvert en France.»

Pascal Nègre, pdg d'Universal:

«Je suis ici pour réaffirmer à quel point Internet est formidable mais nécessite des règles au niveau mondial. C'est un nouveau média formidable, qui nous a permis de vendre de la musique digitale où nous ne vendions pas de CD et permet l'émergence de nouveaux business modèle. Mais il soulève des questions comme celle de la propriété intellectuelle ou encore du paiement de la TVA dans le pays où on fait du business. Le message que j'aimerais passer au G8 est qu'il doit y avoir une collaboration entre les Etats, les fournisseurs d'accès à Internet et les plateformes pour lutter contre la contrefaçon.»

Arnaud Bertrand, fondateur de housetrip.com:

«Je suis là principalement pour le réseautage car c'est rare d'avoir des événements concentrant de tels acteur du Net. A mon avis, le plus important désormais est de construite un terreau favorable à la création de start-up, avec des aides au financement et une législation fiscale plus incitative. A l'échelle européenne et mondiale, une harmonisation de la TVA permettrait également de s'épargner un casse-tête juridique et financier dès que l'on souhaite étendre l'activité de son entreprise à l'étranger.»

Franck Riester, député et rapporteur de la loi Hadopi:

«Il est important que les problématiques liées à Internet soient traitées au niveau mondial. On ne pourra agir que d'une façon globale, avec des pays moteur. Le dialogue doit avoir lieu dans chaque pays et entre tous les pays. C'est ce que nous faisons avec cet e-G8 et l'idée est d'en faire un rendez-vous régulier, avant chaque réunion du G8.»