Avec le retour de Page à la barre, Google veut retrouver son esprit «start-up»

ENTREPRISE Le retour aux sources ne sera cependant pas facile à opérer...

Philippe Berry

— 

Le trio à la tête de Google: Larry Page, sur le siège du conducteur, Sergey Brin à l'arrière et Eric Schmidt, debout.
Le trio à la tête de Google: Larry Page, sur le siège du conducteur, Sergey Brin à l'arrière et Eric Schmidt, debout. — GOOGLE

De notre correspondant à Los Angeles

Le témoin est passé. Lundi, Eric Schmidt a abandonné son poste de directeur général de Google au cofondateur Larry Page. Schmidt reste président du conseil d'administration et Google conserve un triumvirat à sa tête, mais le message est clair: l'entreprise opère là un retour aux sources, après 10 ans de babysitting par Schmidt, un vétéran de la Silicon Valley.

A quoi va ressembler Google sans les petites roues? Larry Page, 38 ans, n'a pas fait de déclaration publique. La plupart des experts s'attendent cependant à un changement en douceur, avec un objectif clé: retrouver l'esprit «start-up» des débuts.

Bureaucratie vs innovation

Avec 25.000 employés, Google est devenu un géant, qui se débat entre des plaintes pour abus de position dominante et de non respect de la vie privée. Surtout, cette croissance s'est accompagnée d'une sclérose administrative inévitable –un mal dont ont souffert de nombreuses entreprises comme IBM. Désormais, un ingénieur qui veut opérer le moindre changement doit obtenir le feu vert de son supérieur et ainsi de suite. Du coup, certains cadres clés sont partis pour de plus vertes prairies, notamment chez Facebook.

Le L.A. Times raconte que Page a déjà envoyé une série d'emails pour faire le point sur les projets en cours et qu'il décide lesquels doivent avoir la priorité. Google doit notamment impérativement passer la seconde sur le terrain des réseaux sociaux.

Google vs Facebook

Après les flops Buzz et Wave, et alors que Facebook poursuit sa croissance carnivore, Google a timidement sorti son «+1», une réponse au «like», qui devrait permettre à l'entreprise d'améliorer ses algorithmes de recherche –critiqués depuis plusieurs mois –avec une touche humaine. Le géant de Mountain View devrait poursuivre son offensive cet été lors de la conférence Google I/O. Reste à voir s'il y dévoilera simplement de nouvelles fonctions ou si Google présentera un réseau social complet liant le tout.