Les cinq commandements pour ne pas se faire avoir sur Twitter

WEB Des sites comme Tweetforger permettent de créer de faux messages sur Twitter et de les faire passer comme messages écrits par d'autres utilisateurs...

C.P.

— 

Samedi sur Twitter, on pouvait voir circuler ce tweet: «Carré VIIIP est de retour! Il s'agissait bien sûr d'un poisson d'avril. Ne ratez rien du retour des candidats demain dans la quotidienne».  Un tweet qui prétend, pour rire, appartenir au compte officiel de TF1, et qui reprend exactement son design. A tel point que plusieurs personnes ont cru à la véracité de l’information. Mais en faisant glisser votre souris sur l’écran, vous voyez apparaître une fenêtre «this is a forged twit» (ceci est un tweet fabriqué).

Twitter entend se poser comme un média fiable, d’où l’existence de comptes certifiés. Et les médias d’informations utilisent parfois les tweets de personnalités politiques pour des citations dans des articles. Pour reprendre l’exemple de Carré Viiip, c’est justement par le compte Twitter de la chaîne que l’interruption de l’émission avait été annoncée. D’où l’importance de connaître quelques commandements pour éviter de se faire avoir.

Vérifier l’url.

Sur TweetForger, qui a permis de créer le faux tweet sur Carré Viiip, si vous ne glissez pas votre souris sur l’écran, la seule manière de voir qu’il s’agit d’un faux compte est de regarder l’url. L’url du tweet n’était pas twitter/tf1etvous comme elle aurait dû l’être, mais http://tweetforger.com/tweets/2613

 Etre attentif aux détails

Outre l’url, il y a parfois des éléments de la page qui ressemblent à ceux de Twitter (police, couleur, emplacement identiques) mais qui ne le sont pas. Comme pour le site FakeWhale, similaire à Tweetforger, mais sur lequel en haut à gauche, au lieu qu’il soit écrit Twitter, il est écrit FakeWhale, et en haut à droite, au lieu qu’il soit écrit «login» et «Join Twitter», il est écrit «home» et «join the fun».

Vérifier qu’il s’agit d’un compte certifié

Evidemment, il y a des méthodes plus simples pour se faire passer pour certaines personnes: créer des faux comptes avec leur nom, mais le prénom d’abord, ou l’inverse, ou en rajoutant un mot. Pas BarackObama, mais BarackO ou Obama. La différence, c’est que le premier compte est certifié, et pas les autres.

Vérifier le nombre d’abonnés

Pour Barack, évidemment, la certification a été rapide. Mais pour d’autres, comme des journalistes français ou des médias, les comptes n’ont pas encore été certifiés. Néanmoins, le nombre d’abonnés qu’ils comptent est un très bon indice. Si vous tombez sur le compte VingtMinutes, qui n’a que 4 abonnés, et sur le compte 20Minutes, qui en a 114.679, à votre avis, lequel est le vrai? (La bonne réponse ici).

L’historique

Il y a enfin des utilisateurs de Twitter qui ont peu d’abonnés, et ne sont pas certifiés, et qui donnent des infos pouvant se révéler importantes. Des journalistes par exemple. Ou des individus qui se situent dans des pays où soudain une situation explose (Haïti, Tunisie, Algérie, Japon…) Pour avoir une idée de la véracité de leurs tweets : vérifiez leur historique. Si le compte se crée soudain et que le seul tweet est «Kadhafi est mort», a priori, peu de chances que ce soit vrai. Si le compte était en revanche alimenté depuis longtemps, et contenait beaucoup d’informations sérieuses, vous avez plus de chances d’être tombé sur la bonne personne.

>> Et vous, vous êtes-vous déjà fait avoir sur Twitter ? Dites-le nous dans les commentaires…