François Nuyts: «La politique tarifaire d'Amazon est de proposer les prix les plus compétitifs»

INTERVIEW A l'occasion du Salon du livre, le directeur de la branche divertissement évoque le livre numérique et la position d'Amazon sur le prix unique souhaité par le gouvernement...

Propos recueillis par Sandrine Cochard

— 

RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

Si la littérature nordique est à l’honneur de ce Salon du livre de Paris, qui débute ce jeudi soir, le livre numérique est en embuscade. A l’heure où les tablettes et autres liseuses permettent d’accéder à la littérature dématérialisée et où le gouvernement penche pour un prix unique à ce sujet, le livre numérique est plus que jamais un enjeu de l’édition. Amazon n’est pas en reste sur la question et défend un modèle amené à se développer. Interview avec François Nuyts, directeur de la branche divertissement d’Amazon France.

Selon une étude du Motif (l'observatoire du livre et l'écrit en Ile-de-France), l’offre légale en France est bien inférieure à l’offre illégale… Est-ce la raison pour laquelle le livre numérique peine à décoller?

Pour l’instant, les livres imprimés restent la partie la plus importante des ventes. Mais nous croyons au développement du livre numérique, d’autant que nos études montrent qu’un utilisateur de Kindle lit trois fois plus après cet achat. Sur Amazon, nous avons plus de 800.000 livres disponibles et au cours des trois derniers mois, pour 100 livres reliés vendus, nous avons vendu 143 fichiers numériques.

Comment vend-on un contenu dématérialisé?

En ayant la meilleure interaction possible avec ses internautes. Pour cela nous mentionnons les extraits vidéo (pour un film) ou audio (pour la musique), nous proposons une fiche descriptive détaillée de l’oeuvre et nous laissons une large place aux commentaires des internautes. Parce qu’il est par définition non biaisé, l’avis des consommateurs compte beaucoup et peut influer sur la décision d’achat. Ce rôle de prescripteur est mis en valeur sur notre site, via les notes et les recommandations des internautes.

Le gouvernement français souhaite imposer aux plateformes en ligne un prix unique du livre numérique. En étant basé à l’étranger, Amazon échappe à cette contrainte. Vous alignerez-vous sur les tarifs pratiqués en France?

Cette loi est toujours en discussion au parlement. Notre politique tarifaire est de tout faire pour proposer à nos consommateurs les prix les plus compétitifs, en concertation avec nos partenaires. Nous pensons que le livre numérique à des coûts de structure plus bas et que les consommateurs attendent un prix plus bas, même si nous ne savons pas quel serait le prix le plus efficace (une étude du Motif souligne que le «juste» prix du livre numérique serait inférieur de 25% à celui d’un livre relié). Nous respecterons bien sur toute obligation imposée par la loi.

En visite aux Etats-Unis, le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a exhorté les éditeurs français à faire front commun contre Amazon. Comment avez-vous reçu ce discours?

Nous travaillons avec les éditeurs français depuis plus de 10 ans avec succès et continuons à le faire pour développer la lecture, en format papier ou numérique.