Après Microsoft, Google et Mozilla dévoilent leurs systèmes contre la pub ciblée

WEB Mais la route est encore longue avant d'arriver à une solution aussi efficace que «la liste rouge»...

Philippe Berry

— 

Les logos de Chrome, Firefox et Internet Explorer.
Les logos de Chrome, Firefox et Internet Explorer. — DR

De notre correspondant à Los Angeles

Annonces géolocalisées, publicité comportementale, remarketing... Les annonceurs inventent chaque jour des nouveaux moyens de fliquer l'internaute. Bien sûr, on peut bidouiller avec des plugins comme TACO ou Ghostery, boucher les trous avec des solutions de type Adblock, mettre les mains dans le cambouis des cookies... Mais tout ça ressemble à de la plomberie. Sous pression du Congrès américain, des solutions plus radicales sont en train d'émerger, directement embarquées dans le navigateur.

Le DoNotTrack de Mozilla

Sur le papier, la solution présentée par Mozilla est sans doute la plus ambitieuse. Il s'agit d'intégrer une fonctionnalité permettant à l'internaute de signaler son désir à un site de ne pas être fliqué via Firefox. Le système repose sur une entête «DoNotTrack» qui serait ajoutée aux paquets d'informations circulant dans les tuyaux. Problème –que reconnaît Mozilla– rien ne garantit que les sites respecteront la préférence. Pour cela, il faudra sans doute attendre une potentielle législation imposant une amende en cas d'infraction.

La solution intermédiaire de Google

Techniquement, certains annonceurs regroupés dans l'alliance Network Advertising Initiative ont déjà fait une concession: il est possible de se désinscrire au cas par cas de leurs réseaux pour ne plus recevoir de réclames ciblées. Sauf que le système repose sur un cookie (petit fichier stocké sur le disque dur). Aussi, quand on fait le ménage, toutes ses préférences s'envolent. Google a donc mis au point un plugin pour son navigateur Chrome, disponible dès à présent, qui permet à ses choix d'être conservés.

L'avis de l'Electronic Frontier Foundation

Alors que Microsoft a promis un système de contrôle au cas par cas pour la prochaine bêta d'Internet Explorer 9, l'Electronic Frontier Foundation estime que Google, qui bénéficie très largement des bénéfices de la pub ciblée, fait «un pas dans la bonne direction» mais que son système ne vas «pas assez loin». L'organisation, qui veille notamment au respect de la vie privée en ligne, juge que «Mozilla mène le combat». Mais elle le répète, rien ne pourra vraiment avancer sans une législation globale et internationale.

Redoutez-vous ce «flicage» ou estimez-vous que quitte à recevoir de la publicité, autant qu'elle soit ciblée? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.