La «taxe Google», ce n'est pas pour tout de suite

INTERNET Adopté en commission mixte paritaire, l'amendement pourrait finalement être abandonné...

S. C.

— 

Le siège de Google à Mountain View, en Californie.
Le siège de Google à Mountain View, en Californie. — D.-P. MORRIS / AFP

C’est un rebondissement inattendu. Alors que le Parlement doit voter définitivement le budget ce mercredi soir, la «taxe Google» «va être retirée in extremis de la loi de Finances 2011», assure Les Echos. Cette taxe de 1% portant sur les investissements publicitaires en ligne a pourtant été adoptée au Sénat puis en commission mixte paritaire, lundi.
 
«Le gouvernement va déposer un amendement juste avant le vote de la loi, pour annuler cette mesure», explique le quotidien qui affirme que le Parlement aurait cédé à la pression des annonceurs. Cette taxe permettrait pourtant de faire entrer 10 à 20 millions d'euros dans les caisses de l'Etat français, selon le rapporteur de la commission des Finances du Sénat, Philippe Marini (UMP).
 
Du coup, la loi pourrait finalement être reportée «de plusieurs mois», mais pas abandonnée, selon Le Figaro. Affaire à suivre.