Capture d'écran du site Wikileaks, hébergé par Libération
Capture d'écran du site Wikileaks, hébergé par Libération — 20minutes.fr

MEDIAS

WikiLeaks interdit en France?

Le gouvernement y songe...

Le gouvernement français décidera «prochainement» s'il interdit l'hébergement du site WikiLeaks sur des serveurs basés en France, informe le site d’Europe 1. Le gouvernement se basera sur les conclusions d'une étude de faisabilité rendues en fin de semaine dernière.

Eric Besson avait déjà fait part de son désir de voir WikiLeaks interdit d’hébergement sur les serveurs de l’Hexagone. Le ministre français chargé de l'Economie numérique avait demandé le 3 décembre au Conseil général de l'Industrie, de l'Energie et des Technologies de trouver les moyens de cette interdiction. Le motif: violation des secrets diplomatiques. Il a donc reçu des propositions, transmises au Premier ministre François Fillon et aux ministres de la Justice, de l’Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères.

Créer un «Guantanamo virtuel»

En attendant, WikiLeaks est en voyage. Il a été hébergé sur Amazon.fr, puis sur un réseau universitaire suisse. Le site du quotidien Libération abrite actuellement un site miroir (comme beaucoup d'autres peuvent le faire). «Les attaques menées contre ces imprécateurs utiles n’ont à ce jour aucune base légale», souligne Laurent Joffrin dans l’éditorial du quotidien de ce lundi. «Et pour cause: en démocratie, le droit à l’information l’emporte sur la logique des pouvoirs; s’en prendre à WikiLeaks, c’est, toutes proportions gardées, mettre en place une sorte de Guantanamo virtuel». Reste à savoir ce qu’il adviendra si le gouvernement trouve, justement, une «base légale»…