Violation de brevets: Le co-fondateur de Microsoft Paul Allen débouté

WEB Il avait porté plainte pour violation de propriété intellectuelle...

C.P.

— 

Paul Allen assistant à un entraînement de football américain de la NFL, aux Etats-Unis, le 19 août 2010
Paul Allen assistant à un entraînement de football américain de la NFL, aux Etats-Unis, le 19 août 2010 — Elaine Thompson / SIPA

Paul Allen s’en était pris à la fin août aux plus grandes entreprises de nouvelles technologies: Yahoo, Google, Apple, Faceboook… Onze entreprises qu’il accusait d’avoir violé sa propriété intellectuelle, utilisant des brevets de technologies de recherche, de traitement multimédia, de fenêtres pop-up et de gestion de bases de données. Il a été débouté par la justice américaine.

Interval Research, entreprise fondée en 1992 par Paul Allen et David Liddle, était à l’origine un centre de recherche et un incubateur de projets liés à Internet; elle avait déposé un certain nombre de brevets incluant ceux concernés par la plainte. Ayant fermé en 2006, la société a laissé place à Interval Licensing LLC, au nom de laquelle Paul Allen porte plainte aujourd’hui.

Question de procédure

Mais la justice américaine a estimé que la plainte n’était pas assez précise. La juge Marsha Pechman a décidé vendredi de laisser à Interval Licensing LLC jusqu’au 28 décembre pour étoffer son dossier. Un porte-parole a déclaré que le co-fondateur de Microsoft s’y emploierait très rapidement, estimant que la décision n’était qu’une «question de procédure» et que l’affaire n’en souffrirait pas.

En attendant, ce sont donc les entreprises visées qui remportent la première manche. Selon Apple, «Interval Licensing a attaqué onze entreprises majeures sur la base des mêmes accusations creuses d'une violation de quatre brevets». La société de Steve Jobs soulignait que la justice devait «utiliser son pouvoir pour insister sur le besoin de précision avant d'autoriser un procès à s'engager autour des faits». Google avait ajouté que «cette plainte contre certaines des entreprises les plus innovantes reflète une tendance malheureuse de gens qui essaient d'entrer en concurrence devant les tribunaux plutôt que sur le marché».