Facebook Messages: pas une révolution, mais du mieux pour les conversations

WEB Mark Zuckerberg a présenté, lundi, à San Francisco, la nouvelle messagerie unifiée Facebook, qui comprend notamment des adresses mail @facebook.com...

Philippe Berry

— 

La boîte unifiée de Facebook Messages, présentée le 15 novembre 2010
La boîte unifiée de Facebook Messages, présentée le 15 novembre 2010 — DR

De notre correspondant à Los Angeles

On ne communique pas de la même façon avec mamie, son père et ses amis. On utilise différents outils, différents degrés de formalité. C'est en partant de ce postulat que Mark Zuckerberg a présenté, lundi, la refonte de Facebook Messages. Le réseau social ne veut pas révolutionner les communications mais «les unifier». Pour mieux les dominer.

D'abord, comme attendu, des adresses mail @facebook.com sont bien lancées, progressivement et par invitation. «Mais ce n'est pas la nouvelle principale», explique Zuckerberg. La vraie annonce, c'est un centre de messagerie qui va désormais fusionner quatre vecteurs de communication: SMS, chat, email et messages Facebook.

Conversations sans transition

Facebook veut faire tomber les murs afin que les communications «ressemblent toutes à des conversations humaines». On peut ainsi la démarrer par un email, poursuivre par un chat ou un SMS, et tout est archivé dans un fil unique de discussion sur Facebook.

La révolution n'est pas technologique. «Nous ne voulions pas rajouter de nouvelles fonctions mais au contraire en enlever», raconte le jeune milliardaire. Selon Zuckerberg, «Gmail est un excellent produit» et Facebook ne chercher pas à lancer un «Gmail killer», comme évoqué dans la presse. Dans la nouvelle messagerie unifiée, il est d'ailleurs possible de recevoir des mails de n'importe où, et pas simplement des adresses @facebook.

Filtrage ultime

Si elle n'est pas technologique, la révolution pourrait en revanche être sociale. On n'envoie plus un mail à une adresse ou un SMS à un numéro de téléphone mais simplement un message à un ami.

Surtout, la nouvelle boîte de réception va offrir un contrôle absolu pour hiérarchiser les messages. «Qu'une facture se trouve entre deux mails personnels n'a pas de sens», explique Facebook. Le réseau dispose d'un avantage de taille face à la «boîte prioritaire» manuelle de Gmail: il connaît déjà tout le graphe social de ses utilisateurs... Et va pouvoir l'étendre un peu plus avec toutes ces conversations, y compris celles avec des contacts hors Facebook.

Les traditionnels réglages «recevoir des messages» de «mes amis uniquement», des «amis de mes amis» ou «de tout le monde» sont présents. Les utilisateurs peuvent donc faire le choix de strictement limiter qui peut les contacter. Le filtre ultime contre le spam.

Par ses fonctionnalités minimales (l'imap doit venir «prochainement»), Facebook Messages ne va donc pas tuer l'email. En revanche, les communications personnelles, surtout chez les plus jeunes moins inquiets des questions de vie privée, pourraient bien migrer davantage vers le réseau social et le rendre un peu plus incontournable.

Hasard du calendrier, BusinessWeek note que l'estimation de la valorisation de Facebook sur un second marché privé dépasse désormais celle d'eBay, à 41 milliards de dollars. Google (191 milliards de dollars) peut commencer à regarder dans le rétroviseur.