Les réseaux sociaux, nouvelles pépinières pour les recruteurs

INTERNET Profils plus ciblés, audience plus large, réactivité... Les réseaux ont de nombreux atouts pour débaucher les salariés ou attirer des candidats...

Sandrine Cochard
— 
DR

Zappés, les sites de petites annonces. Le recrutement est lui aussi entré dans sa phase 2.0. et la pêche aux candidats se fait désormais sur les réseaux sociaux. Une trentaine de recruteurs se sont ainsi pressés à la conférence «Réseaux sociaux, E-réputation, Community management : quels enjeux dans le recrutement et le management des talents?» organisée jeudi matin par le cabinet de recrutement Selexens. Objectif: savoir où chercher et débaucher des profils intéressants. Et selon Olivier Fécherolle, directeur général des opérations Europe de Viadeo (site de mise en relation professionnelle qui revendique 3,5 millions d’inscrits en France et 30 millions dans le monde), les réseaux sociaux répondent parfaitement aux requêtes des recruteurs.

>> Lire nos conseils aux candidats pour être bien vu par les recruteurs sur les réseaux sociaux en cliquant ici

Profils ciblés

«Le réseau social est un vrai phénomène de société, il fait partie du quotidien du candidat potentiel», explique-t-il, comme le confirme une étude Ifop publiée le même jour. Selon lui, les candidats consulteraient même davantage les réseaux sociaux que les sites d’annonces. Pour les recruteurs, qui privilégient encore ces derniers pour publier leurs offres, la prise de conscience se fait doucement.

«Etre présent sur les réseaux sociaux présente un double intérêt: cela permet de développer son image employeur et de diffuser nos offres», explique Elodie Michelet cadre en ressources humaines. «Cela permet également de cibler les profils, notamment les profils très spécifiques que l’on a du mal à recruter», renchérit Armelle Douineau-Gachet, également cadre en ressources humaines. «Cela permet de toucher des candidats que l’on a du mal à avoir habituellement car ils ne sont pas en recherche active de poste», précise encore Olivier Fécherolle.

Manne d’informations

Autre atout des réseaux sociaux, la manne d’informations qu’ils délivrent sur le candidat. «Cela permet de cerner des centres d’intérêt professionnels», argue Olivier Fécherolle. Professionnels. Le terme est important car sur les réseaux sociaux, la frontière entre données professionnelles et personnelles est mince. Plusieurs cas de salariés sanctionnés pour des propos tenus sur Facebook relancent l’idée qu’entreprise et Internet ne font pas bon ménage.

«Les réseaux sociaux ne doivent pas devenir un outil d’enquête sur le candidat», estime Alain Gavand. Ce PDG du cabinet de recrutement Alain Gavand consultants est à l’origine de la charte «A compétences égales», qui enjoint les recruteurs signataires à ne pas chercher d’informations personnelles sur les candidats. La loi française interdit en effet de recourir à ces informations pour refuser un candidat, ce qui s’apparente à de la discrimination.

Anonymat non garanti

Les réseaux sociaux constituent toutefois une remise en compte du CV anonyme. «On verra ce que la loi décide mais le CV anonyme va à contre-courant complet de la tendance à plus de transparence sur Internet, souligne Olivier Fécherolle. Le principe même du réseau social est que les utilisateurs veulent être visibles pour qu’on les trouve. Il est facile de rendre un profil anonyme mais je ne pense pas que l’on doive aller contre la tendance. Les entreprises ont aujourd’hui compris l’intérêt d’avoir un recrutement diversifié.»