Les FAI condamnés à bloquer l'accès aux sites de paris en ligne illégaux

JUSTICE Le Tribunal de Grande Instance de Paris, saisi par l'autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), a rendu sa décision ce vendredi...

B.D.

— 

Les experts en informatique de la planète suivaient avec attention l'évolution d'un "ver" informatique tenace baptisé Conficker qui devait se renforcer à mesure que le monde basculait à la date du 1er avril.
Les experts en informatique de la planète suivaient avec attention l'évolution d'un "ver" informatique tenace baptisé Conficker qui devait se renforcer à mesure que le monde basculait à la date du 1er avril. — Joel Saget AFP/Archives

Une brèche ouverte vers le contrôle d'Internet? Le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris a condamné ce vendredi sept fournisseurs d'accès à Internet (FAI) à bloquer l'accès à trois sites de poker et de paris en ligne illégaux.

Cette décision, rendue en référé, fait suite à l’assignation le 28 juillet dernier d’Orange, SFR, Bouygues Telecom, Free, Numericable, Dartybox et Auchan Telecom par l'autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), pour qu'ils bloquent l'accès à trois sites de paris en ligne illégaux, Betfred, StanJames et Stryyke. Les sept FAI avaient auparavant unanimement refusé de se plier à l'injonction de l’Arjel.

La décision du TGI est sans précédent, et inquiète les associations de défense de la liberté du Web, qui craignent qu’elle ouvre la porte à un filtrage d’Internet,

«mode de régulation à la fois inefficace et profondément dangereux du point de vue des libertés fondamentales», selon la Quadrature

.