«Flattr» esquisse un nouveau modèle économique pour le Web

WEB Devenez tous philanthropes...

Charlotte Pudlowski

— 

Flattr, nouveau système de paiement sur le Web
Flattr, nouveau système de paiement sur le Web — DR.

Vous vous souvenez quand le bouton «like» a envahi le Web? Un autre petit bouton pourrait bientôt pulluler sur tous les sites: le bouton «Flattr», discrètement apparu en février. Il vous permet de faire de généreuses donations comme ça, quand l’envie vous prend: manifester votre appréciation comme avec le bouton «like», mais en plus constructif.

Le site Owni.fr précise le fonctionnement: vous ouvrez un compte Flattr sur lequel vous versez au moins deux euros; vous décidez du montant mensuel que vous voulez dépenser (vous pouvez mettre 50 euros mais plafonner le montant mensuel à 5 euros, votre compte durera dix mois). Et chaque fois que vous allez sur un site qui vous plaît et qui dispose du bouton Flattr, vous cliquez. Vous ne pouvez pas dépasser la somme sur votre compte, et plus vous cliquez, plus vous donnerez de petites sommes. Les dix euros mensuels seront divisés par le nombre de boutons sur lequel vous avez cliqué.

Flattr a déjà 20.000 membres. Donc, pour l’instant, au moins 40.000 euros à distribuer. Les boutons Flattr peuvent être installés assez facilement selon la société, et plusieurs sites en bénéficient déjà. Notamment en Allemagne Taz.de, site d’infos, a reçu 988,5 euros en juin et Netzpolitik.org, qui promeut «les libertés numériques» a récolté 576,53 euros le même mois.

Du piratage à la flatterie

Ironiquement, Flattr est la progéniture notamment de Peter Sunde Kolmisoppi - ancien de Pirate Bay, site lancé en 2002 et qui permettait l’échange de fichiers Torrent, donc de consulter des œuvres sans payer.

Mais pour Peter Sunde Kolmisoppi, ce n’est en rien contradictoire. «Flattr est effectivement un système de paiement, souligne-t-il, mais c’est plus un système de partage.» Il ajoute: «Pirate Bay n’a jamais été conçu pour que les gens ne payent pas, mais pour qu’ils soient libres de choisir ce qu’ils voulaient partager et avec qui.» Là où Pirate Bay permettait le partage de fichiers, Flattr permet de partager de petites sommes d’argent.

Il bénéficie aussi aux propriétaires du site: pour chaque clic, 10% vont à Flattr. Pourcentage qui devrait réduire avec l’élargissement de la diffusion de l’usage.