Les sites zoophiles dans le collimateur d'une députée UMP

INTERNET Une proposition de loi a été déposée...

R.B-P.

— 

Muriel Marland-Militello, député UMP de la 2e circonscription des Alpes-Maritimes, le 24 mai 2002 à Nice
Muriel Marland-Militello, député UMP de la 2e circonscription des Alpes-Maritimes, le 24 mai 2002 à Nice — J.MUNCH/AFP

Muriel Marland-Militello, députée UMP des Alpes Maritimes, est à l’origine d’un projet de loi déposé par 62 députés visant à interdire la représentation d’actes zoophiles.

L'élue affirme sur son site qu’elle aurait été alarmée par plusieurs associations de défenses des animaux de la recrudescence de sites Internet zoophiles. Le Code pénal condamne par l’article 521-1 les sévices de nature sexuelle commis sur les animaux.

Mais pour Muriel Marland-Militello, «il existe un vide juridique s'agissant de la représentation de ces actes», ce qui favoriserait «la prolifération de magazines et de sites Internet spécialisés».

Lancer un débat

A l’image de la Suisse, elle souhaiterait légiférer afin d’interdire pénalement la représentation d’actes zoophiles et la rendre passible de deux ans d’emprisonnement, 30.000 euros d’amendes et autoriser le juge à prononcer «l’interdiction de posséder un animal».

L'inscription de cette proposition de loi à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale en vue de son examen est loin d'être acquise. Muriel Marland-Militello le sait, mais son désir est avant tout d’attirer l’attention de l’opinion sur ce sujet et lancer un débat national.