Accord entre Twitter et les autorités américaines sur la sécurisation des données

WEB Le site s'engage à mettre en place un programme de sécurité informatique sous contrôle indépendant...

Avec agence

— 

La nouvelle page d'accueil de Twitter, lancée le 29 juillet 2009
La nouvelle page d'accueil de Twitter, lancée le 29 juillet 2009 — DR

Hasard du calendrier, l'accord entre Twitter et les autorités américaines intervient le jour où le pirate auvergnat «Hacker-Croll» a été condamné à cinq mois de prison avec sursis pour avoir infiltré le réseau social en 2009.

Aux termes de l'accord conclu avec la Commission fédérale du commerce (FTC), Twitter doit mettre en place un «programme de sécurité informatique complet» sous contrôle indépendant. Le site a aussi l'interdiction, pour une durée de vingt ans, de «tromper les consommateurs sur la protection qu'il apporte pour la sécurité et la confidentialité de leurs données». Une simple tape sur les doigts, de l'avis des experts.

«Intrusion dans un système de données»

«De sérieuses failles avaient permis à des pirates d'obtenir le contrôle de comptes administrateurs de Twitter», a rappelé la FTC, et d'«envoyer de faux tweets émanant soi-disant du président élu Barack Obama et de (la chaîne de télévision) Fox News, entre autres».

L'un des pirates était le Français François Cousteix, plus connu sous son pseudo «Hacker-Croll». Alors qu'il encourait jusqu'à deux ans de prison pour «intrusion dans un système de données», le jeune homme de 23 ans a finalement été condamné à cinq mois de prison avec sursis. Il avait expliqué qu'il avait agi «pour sensibiliser les internautes sur le choix de leurs mots de passe».