Nikita Bellucci harcelée: Le soutien s'organise en ligne avec #JesuisNikitaJesuisLibreDe

CYBER-HARCELEMENT Nikita Bellucci, ancienne actrice porno, a été insultée et menacée en ligne par des internautes de jeuxvideo.com...

L.Be.

— 

Nikita Bellucci, en novembre 2014.
Nikita Bellucci, en novembre 2014. — COLLOT/SIPA

Le soutien à Nikita Bellucci, ancienne actrice porno victime d’insultes et de menaces en ligne, s’organise. Le hashtag #JesuisNikitajesuisLibreDe a émergé ce jeudi sur Twitter pour soutenir la jeune femme qui vient de supprimer son compte Twitter après avoir été harcelée et menacée par des internautes de jeuxvideo.com. Elle avait annoncé la veille son intention de porter plainte pour injures et menaces.

>> A lire aussi : Des internautes «sont déterminés à insulter, harceler», explique Nikita Bellucci qui porte plainte

« Je fatigue tout simplement »

De nombreux internautes n’ont pas été insensibles à la situation de Nikita Bellucci. Il se sont emparé du hashtag #JesuisNikitaJesuisLibreDe pour répondre aux trolls de jeuxvideo.com.

Dans la foulée, elle a publié un message de remerciement sur Instagram. « Je vous remercie pour votre soutien ces derniers temps et encore aujourd’hui. Je vais bien, ne vous inquiétez pas, je fatigue tout simplement », a-t-elle écrit avant d’insister sur sa volonté de prendre des distances.

>> A lire aussi : Nadia Daam menacée sur jeuxvidéo.com: Les trolls antiféministes sont-ils au-dessus des lois?

...

A post shared by 🔞NIKITA BELLUCCI OFFICIEL 🔞 (@nikita_bellucci) on

« Elle va finir par se suicider »

Dans une interview accordée à 20 Minutes mercredi, Nikita Bellucci a expliqué comment s’est organisé le « raid » des harceleurs de jeuxvideo.com ( qui n’en sont pas à leur coup d’essai). « Je faisais une cam [un show sexy ou pornographique s’adressant à un public majeur et s’effectuant via une webcam]. Au bout de deux minutes, des messages sont apparus pour m’insulter de tous les noms. Je me suis rendu compte que sur le forum 18-25 de jeuxvideos.com des internautes avaient lancé un « raid », comme ils disent, en écrivant : "Voici le lien où Nikita diffuse, allez la pourrir !" Certains répondaient des choses comme "Elle va finir par se suicider, ha ha ha". »