YouTube, pour les jeunes, «un réseau social» ou «une plateforme vidéo»?

VOUS TEMOIGNEZ Les jeunes utilisent-ils YouTube comme un réseau social à l’instar de Facebook, Instagram ou Snapchat…

Anne Demoulin

— 

Illustration YouTube
Illustration YouTube — RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

YouTube serait le premier réseau social des ados français. Les 15-24 ans lui consacrent dix-huit minutes par jour, contre treize minutes sur Facebook, selon l’étude annuelle de Médiamétrie sur les pratiques des Français sur Internet, dévoilée ce mercredi. Les jeunes utilisent-ils YouTube comme un réseau social à l’instar de Facebook, Instagram ou Snapchat ou comme une plateforme vidéo, un média, qui concurrence la télévision ? Nous avons demandé à notre communauté #MoiJeune

>> A lire aussi : Y-a-t-il de la place pour les non-jeunes sur YouTube?

YouTube, « comme une chaîne de télé »

« Je ne considère pas du tout YouTube comme un réseau social », lance Vaïana, qui « l’utilise tous les jours pour écouter de la musique ou regarder des vidéos. » « C’est un service de vidéo à la demande pour moi. Je regarde des documentaires et quelques Youtubeurs. Netflix et YouTube ont tué ma TV », écrit Marc. « YouTube est pour moi le remplacant de la TV (que je n’ai plus) », renchérit Egaan. « Je considère YouTube "comme une chaîne de télé", avec des émissions à la demande », renchérit Baptiste qui consomme YouTube deux heures par jour et confie même « écouter ou regarder en vitesse x2 », c’est-à-dire en vitesse accélérée.

La qualité des vidéos proposées est importante. Grichka « évite les vidéos putaclic qui polluent le site » et utilise YouTube pour se « divertir, apprendre, et s’informer ».

Egaan regarde des « vidéos d’actu, des conférences et des débats », Debbie des « vidéos de vulgarisation, d’actualités, de critiques cinés », Hippolyte « des vidéos d’humour », Jordan « des clips vidéos, beaucoup d’interviews d’artistes et quelques mini-reportages. »

>> A lire aussi : YouTube, premier critère pour mesurer le succès d'un humoriste chez les jeunes

« Je regarde le contenu auquel je suis abonné (uniquement celui-là, essentiellement des Let’s Play) comme si c’était une série », écrit Edouard qui avoue avoir « certains mois de visionner plus de 1.000 vidéos ». Il boude cependant les fonctionnalités sociales : « Les commentaires ne m’intéressent pas. » « Je me désintéresse de Facebook et vais beaucoup plus régulièrement sur YouTube. Sur Facebook on a plus que de la pub ou des vidéos d’une débilité sans nom qui ne cherchent que le "buzz" », estime quant à lui Yann.

YouTube, « pour écouter de la musique »

YouTube remplace aussi les plateformes de streaming musicales comme Deezer, Spotify ou Apple Music. « Je l’utilise au quotidien pour écouter de la musique à la maison et au bureau en shuffle mode », raconte Alexis. « J’ai toujours YouTube qui tourne en fond, après les fonctionnalités sociales ne m’intéressent tout simplement pas. »

« J’y écoute pas mal de musiques aussi, dont des lives auquel je n’ai pas les moyens de me rendre physiquement, et les algos YouTube me permettent parfois quelques découvertes », se réjouit Egaan.

YouTube, « pas vraiment comme un réseau social »

Diana « l’utilise pour regarder des vidéos principalement » et « laisse parfois des commentaires sous certaines vidéos ». Même son de cloche chez Hippolyte : « Je n’utilise que très peu son aspect social. »

« Je ne considère pas vraiment YouTube comme un réseau social, d’ailleurs en dehors de m’abonner et mettre le pouce bleu, je commente assez rarement, je trouve que ce n’est pas très pratique pour le faire. Sur les live, généralement, le tchat va trop vite pour des échanges productifs », considère Egaan. « Il y a assez de réseaux sociaux en externe », renchérit. Grichka.

« J’utilise son aspect plateforme de vidéo à 99 % et l’espace commentaire/like/dislike, quand les youtubeurs auxquels je suis abonnée mettent en ligne des vidéos, rien d’autre. Pour les fonctionnalités sociales je préfère utiliser Twitter ou Facebook », confirme Mathilde « Je n’utilise que très rarement les commentaires et je ne vois pas à part ça comment trop utiliser YouTube de façon sociale ! ? », écrit encore Marc.

YouTube, en passe d’être « un réseau social »

« Je dois bien admettre que c’est un réseau social. Pour ma part, par le biais de live qui permettent de discuter sur le tchat et qui m’a permis de faire de belles rencontres, toutefois je n’utilise pas les nouvelles fonctionnalités de publication de statut, etc. Je ne suis pas actrice de ce réseau, mais juste une participante on va dire », témoigne Jessica. YouTube serait-il en passe de devenir un réseau social comme les autres ?

Au même titre que Pinterest ou FlickR pour les images, la plateforme de Google offre pourtant bien des fonctions sociales : profils publics, partages de contenus, commentaires, abonnements, likes, etc.

« D’un point de vue "social", je participe souvent aux discussions sous les vidéos de vulgarisateurs qui parlent de mon domaine de compétence (biologie, médecine, etc.), pour répondre à des questions, corriger des erreurs, etc. », raconte cependant Nicolas.

>> A lire aussi : Urbex sur YouTube: Les «putaclics» sont-elles en train de tuer l'exploration urbaine?

YouTube a en effet lancé un onglet « communauté » qui permet aux youtubeurs de publier des billets à destination de leurs publics, en plus du contenu vidéo habituel. Cet onglet permet d’avoir des photos, du texte, des GIF qui s’affichent sous forme de news dans le fil d’abonnements des utilisateurs. Ces derniers peuvent commenter et interagir avec le contenu publié.

Tout comme sur les pages Facebook, les communautés YouTube sont centrées autour du Youtubeur. Il y a peu d’échanges horizontaux, mais beaucoup d’échanges verticaux avec le vidéaste à la tête de sa communauté. Bref, YouTube est, pour le moment, essentiellement un réseau vertical. Télévision, information, musique, vidéo à la demande et fonctions sociales en plein développement, et si YouTube était en train de devenir un objet hybride, une sorte de média social global ?

>> C’est PAR ICI

#MoiJeune a été lancé en mars 2016, en partenariat avec OpinionWay, pour faire le portrait des jeunes générations françaises. Aujourd'hui près de 4.000 personnes ont rejoint cette communauté que 20 Minutes interroge régulièrement, via smartphone, sur des sujets aussi variés que la fin du Graal du CDI, l’égalité entre les sexes, la vie privée en ligne, l’engagement politique et écolo, le couple, l’intelligence artificielle, le Brexit et l'Europe.