VIDEO. Russie: Le clip homo-érotique d’étudiants sur «Satisfaction» devient viral

LBGT La vidéo qui devait rester confidentielle a finalement fait grincer des dents, jusqu'au sommet de l'Etat...

20 Minutes avec agence

— 

Le clip homoérotique des cadets de l'aviation fait polémique en Russie.
Le clip homoérotique des cadets de l'aviation fait polémique en Russie. — Capture d'écran Youtube/ULNFOX info

La situation des homosexuels est un sujet épineux en Russie. Pourtant, des cadets de l’aviation russe ont décidé de tourner une vidéo homo-érotique. Publié sur le principal réseau social du pays, VKontakte, le clip est devenu viral, faisant hérisser les poils des dirigeants du Kremlin, rapporte Slate.

Des mesures disciplinaires envisagées

Dans la vidéo, qui parodie le clip original de Satisfaction de Benny Benassi, de jeunes hommes se déhanchent torse nu, en manipulant des perceuses, marteaux et autres balais, sur fond de musique techno.

>> A lire aussi : «Pas de gay, pas de show»: Le créateur d'une série culte a refusé un juteux contrat avec la Russie

Rapidement, l’agence fédérale du transport aérien Rosaviatsia a dénoncé « un épisode immoral ». Une enquête a été ouverte et des mesures disciplinaires pourraient être prises à l’encontre des quatorze jeunes hommes qui apparaissent dans le clip. La chaîne publique russe Rossiya a même consacré un sujet de 14 minutes à cette polémique, le 18 janvier dernier.

« Ces parodies sont de pures protestations »

Mais de nombreux internautes ont décidé de manifester leur soutien aux personnes impliquées en réalisant des remakes du clip. Entreprises de BTP, infirmières et même l’équipe féminine nationale de biathlon s’y sont mises, entre autres.

« Étant donné l’homophobie officielle et hautement politisée de la Russie, ces parodies sont de pures protestations, grivoises et légères, écrit le journal américain The New Yorker, relayé par Slate. Elles démontrent que les Russes peuvent toujours former des connexions horizontales, en dépit du monopole de l’État sur la sphère publique et de la menace de lourdes sanctions pour la protestation en général, et la "propagande homosexuelle" en particulier ».