Décision de Trump sur Jérusalem: La mannequin Bella Hadid réagit et évoque une injustice

JERUSALEM A la suite de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Donald Trump, les personnalités palestiniennes se sont tour à tour exprimées sur les réseaux sociaux…

A.I.

— 

La top model Bella Hadid a tenu à réagir sur l'annonce du président américain concernant le statut de Jérusalem.
La top model Bella Hadid a tenu à réagir sur l'annonce du président américain concernant le statut de Jérusalem. — WENN

Après le célèbre promoteur immobilier américain d’origine palestinienne Mohammed Hadid, c’est au tour de sa fille, la top model Bella Hadid, d’exprimer son mécontentement sur les réseaux sociaux.

Mercredi, lors d'une allocation depuis la Maison Blanche, le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël. Une reconnaissance officielle qui a évidemment provoqué la colère de tous les Palestiniens, à commencer par les Hadid.

Soutien pour son pays d’origine

Dans son post, la jeune top model de 21 ans explique : « J’attendais d’exprimer cela avec des mots parfaits, mais j’ai compris qu’il n’y a pas de manière parfaite d’évoquer quelque chose d’aussi injuste. »

Fille d'un immigré palestinien, musulmane, Bella Hadid poursuit : « Voir la tristesse de (son) père, (ses) cousins, et (sa) famille palestinienne, qui ont tant de peine pour (leurs) ancêtres palestiniens, rend ce texte encore plus difficile à écrire ». Et de conclure : « J’ai l’impression que cette annonce nous fait faire cinq pas en arrière, nous éloignant encore plus d’un monde en paix. Le traitement infligé au peuple palestinien est injuste, unilatéral et ne devrait pas être toléré. »

« Jérusalem est et sera toujours la capitale de la Palestine occupée »

Récoltant 320.000 likes en une heure, la publication de la jeune femme a fait le buzz sur Instagram. Reste que la mannequin n’est pas la seule à avoir apporté ce 7 décembre son soutien à la Palestine. Les DJettes Simi et Haze Khadra ont, elles, dénoncé l’utilisation du terme « peuple palestinien » par le président américain, et non pas celui « Palestine ».

« Dans son discours hier, le président n’a pas une fois mentionné la Palestine mais Israël et "le peuple palestinien", comme si la Palestine n’avait jamais existé. Jérusalem est et sera toujours la capitale de la Palestine occupée », ont écrit les deux artistes sur Instagram, avant de dénoncer « un geste ayant pour but de faire perdre aux Palestiniens l’espoir d’avoir leur propre pays ».