Google Maps: Jean-Christophe Victor accusait le site de mentir sur les frontières

GEOPOLITIQUE Dans une interview accordée à « Libération », le géographe décédé ce jeudi a dénoncé la « malhonnêteté intellectuelle » de Google Maps…

F.R.

— 

Illustration Google Maps.
Illustration Google Maps. — JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le dessous des Google Maps. Dans une interview publiée le 25 décembre par Libération, le géographe Jean-Christophe Victor – décédé ce jeudi – a accusé le service de cartographie en ligne du mastodonte américain de « malhonnêteté intellectuelle » car il redessinerait les frontières à sa guise « pour conquérir des marchés ».

Des problèmes sur la représentation du Chili, de la Crimée, d'Israël

« On s’est aperçu que Google Maps mentait », avançait l’expert, dont le dernier ouvrage Le Dessous des cartes Asie vient de paraître chez Arte éditions et Tallandier. Et d’expliquer : « Pékin [la Chine] édite des cartes d’après la vision de ses frontières avec le Japon ou avec l’Inde. New Delhi, de son côté, produit ses propres cartes. Or, Google Maps a choisi de ne pas prendre la référence internationale, que sont les cartes des Nations unies, et de s’adapter à la vision de chaque partie. »

Jean-Christophe Victor a fait appel à des chercheurs japonais, chinois et indiens et les a chargé d’observer les délimitations des pays en fonction de leur localisation. « On a pu voir que si vous êtes à Pékin, vous avez une certaine frontière dans l’Himalaya et qu’à Delhi, vous en avez une autre. Le même problème existe sur la représentation du Sahara occidental, du Chili, de la Crimée, d’Israël… », déplorait le géographe connu du grand public pour son émission Le Dessous des cartes, diffusée sur Arte.