Twitter bannit un troll de droite pour la campagne de harcèlement contre Leslie Jones

WEB Milo Yiannopoulos se dit victime d'une «guerre culturelle»...

Philippe Berry

— 

Le blogueur conservateur britannique Milo Yiannopoulos.
Le blogueur conservateur britannique Milo Yiannopoulos. — TWITTER/@nero

Souvent accusé d’être lent à sévir contre le harcèlement, Twitter s’est réveillé avec un geste fort, mardi : la suspension définitive de Milo Yiannopoulos, un troll conservateur accusé d’avoir incité la campagne raciste et sexiste contre l’actrice de Ghostbusters, Leslie Jones. « Chacun a le droit d’exprimer son opinion mais personne ne mérite d’être la cible d’abus en ligne, et nos règles interdisent le harcèlement ciblé ou son incitation », a expliqué Twitter à Buzzfeed.

Yiannopoulos, un blogueur britannique qui officie comme éditeur technologique pour le site conservateur d’actualité Breitbart News, tweetait sous le pseudo @Nero et avait plus de 300.000 followers. Mercredi, il a dénoncé un acte « lâche » et se dit victime d’une « guerre culturelle ».

« Twitter laisse les terroristes s’exprimer mais pas les conservateurs »

Il accuse Twitter de « laisser les terroristes s’exprimer mais pas les conservateurs » et se dit victime d’une « guerre culturelle » contre la liberté d’expression menée par les défenseurs « du politiquement correct ». « Tout le monde reçoit des lettres d’insultes. Leslie Jones est l’actrice d’un blockbuster, elle devrait avoir la peau plus dure », juge-t-il.

Yiannopoulos a publié une critique acerbe de Ghostbusters, une « abomination féministe », ciblant Jones personnellement. « Le personnage de Patty est le pire du lot. L’actrice n’a aucun attrait, même comparée à cet odieux casting. » Il s’est ensuite clashé avec elle sur Twitter, se moquant d’une « illettrée ».

Dans la foulée, Jones a reçu de nombreux messages racistes incluant des photos de gorille et a été la cible d’attaques misogynes, jusqu’à ce qu’elle quitte Twitter cette semaine « en pleurs, avec le cœur triste. »

« Le premier raciste à sucer des b**es noires »

Reste un point central. Twitter n’a pas fourni de preuve que Yiannopoulos ait incité ses followers à cibler l’actrice, ce dont il se défend. « On me tient responsable de l’action de fans et de trolls mais cette logique ne tient pas : où est la police de Twitter quand des fans de Justice Bieber se mutilent en son nom ? ».

Accusé d’être raciste, ce blogueur, qui a fait de la provocation sa marque de fabrique, contre-attaque : « Je dois être le premier suprémaciste blanc à sucer des b**es noires ». Dans les faits, la star du mouvement « alt right » (droite alternative), qui s’est exprimée lors du panel « Les gays pour Trump » lors de la convention républicaine, concentre ses attaques contre le féminisme.

C’est surtout lors du mouvement macho du Gamergate qu’il a acquis une notoriété, attaquant « une armée de programmeuses féministes sociopathes ». Lors de sa tournée Le dangereux PD, en 2015, il s’est aussi attaqué aux multiples polémiques sur la « rape culture » dans les universités américaines, brandissant notamment une pancarte « La culture du viol et Harry Potter : de la fantasy (imaginaire) tous les deux. » Un type charmant.