Une première corporation de défense des créateurs sur Internet

WEB Le youtubeur Hank Green a annoncé la création de l'« Internet Creators Guild », une organisation à but non lucratif pour épauler et défendre les créateurs qui fourmillent sur le web…

A.Che.

— 

Le logo d'Internet Creators Guild, première organisation de défense des créateurs sur Internet.
Le logo d'Internet Creators Guild, première organisation de défense des créateurs sur Internet. — Capture d'écran/MediumHankGreen

« Si les « créateurs sur Internet » étaient une société, elle embaucherait plus vite que n’importe quelle entreprise de la Silicon Valley », a écrit le célèbre youtubeur Hank Green pour le lancement de « l’Internet Creators Guild ».

Annoncée mercredi sur Twitter, cette organisation à but non lucratif vise à aider et défendre la large communauté des créateurs sur Internet. Une première qui témoigne de l’émergence de ces nouveaux métiers et de la nécessité de se structurer selon Hank Green : « Il n’existe pas de système pour protéger les créateurs, alors que beaucoup n’ont d’expérience dans aucune industrie, encore moins dans le coupe-gorge qu’est l’industrie du divertissement. »

« Un métier comme un autre »

Le youtubeur estime : « De nos jours, être un créateur professionnel sur Internet est juste un métier comme un autre… Un métier que des milliers de nouvelles personnes exercent chaque mois ». Et d’ironiser : « Je veux que vous essayiez de deviner le nombre de chaînes YouTube qui dépassent le million de vues mensuelles ? Quelques centaines ? Un millier ? Plutôt 37 000. »

>> A lire aussi: Cyprien, Norman et Squeezie: Les stars millionnaires de YouTube

Parmi les priorités énumérées, Hank Green veut « aider les médias à parler intelligemment des vidéos » sur Internet, « partager des histoires et des stratégies de créateurs professionnels pour les rendre accessibles à tous les membres » ou encore « accroître la transparence concernant ce que les créateurs font – ou pas – avec les publicitaires, les agences et les managers ».

>> A lire aussi: Publicité cachée: Pourquoi les YouTubeurs sont dans le viseur de Bercy