Prêt à concurrencer YouTube, Amazon annonce le lancement de sa plateforme vidéo en France

WEB Baptisée « Amazon Video Direct », la plateforme pourra rapporter jusqu’à 75.000 dollars par an et par vidéo aux internautes…

V.V. avec AFP

— 

Le logo de l'entreprise Amazon
Le logo de l'entreprise Amazon — Michel spingler/AP/SIPA

De quoi faire trembler Google… Amazon, le géant américain de la vente en ligne, a annoncé, ce dimanche depuis le festival de Cannes, que sa nouvelle plateforme vidéo serait bientôt disponible en France. Déjà proposé aux Etats-Unis, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Autriche et au Japon, le dispositif baptisé « Amazon Vidéo Direct » (AVD) s’affiche comme le futur grand concurrent de YouTube, appartenant à Google.

>> Les faits : Amazon veut titiller YouTube avec un service vidéo

« Nous allons nous installer en France avec une plateforme vidéo », a déclaré, dimanche, le patron d’Amazon Studios, Jason Ropell, lors d’un colloque consacré au financement de la création à Cannes, sans toutefois préciser à quelle date cette plateforme serait mise en place.

0,06 dollar par heure de visionnage

Annoncé début mai, « Amazon Vidéo Direct » se présente comme « un nouveau programme en libre-service permettant aux créateurs et à ceux ayant des histoires à raconter de rendre leurs contenus vidéo disponibles pour les clients d’Amazon ». Surtout, il promet de les rémunérer pour cela.

Concrètement, les créateurs de vidéo auront le choix entre plusieurs modes de distribution. S’ils choisissent de verser leur vidéo dans le service de streaming par abonnement, Prime Vidéo, ils seront rémunérés à hauteur de 0,15 dollar par heure de visionnage de leurs films aux Etats-Unis, et de 0,06 dollar quand les vidéos seront regardées à l’étranger. Un plafond annuel est fixé à 500.000 heures par titre, ce qui permettra donc d’espérer un versement maximum de 75.000 dollars par an et par vidéo mise en ligne.

Un bonus d’un million de dollars tous les mois

Mais les créateurs de vidéos pourront aussi via AVD proposer leur production sous forme d’abonnement séparé, à la location ou à la vente à l’unité, ou en accès libre avec de la publicité pour tous les clients d’Amazon.

Dans ces cas-là, les créateurs toucheront 55 % des recettes nettes des publicités vues avec leurs contenus, ou 50 % des recettes nettes des abonnements, des ventes ou des locations.

>> Cyprien, Norman, Squeezie : Les millionnaires de YouTube

Amazon promet en plus de distribuer tous les mois un bonus d’un million de dollars, qui sera réparti entre les créateurs des 100 titres les plus regardés sur AVD en fonction de l’intérêt suscité par leur production. Amazon dit qu’il prendra notamment en compte le nombre de spectateurs, la durée durant laquelle ils ont regardé la vidéo, ou encore la note qu’ils lui ont décernée.