L'ancien président de Facebook investit 250 millions contre le cancer

WEB Sean Parker, le premier président de la firme, a décidé de créer un institut de recherche sur les immunothérapies, un nouveau traitement en développement…

C. L.

— 

Sean Parker, le premier président de Facebook, est l'un de ces grands patrons philanthropes.
Sean Parker, le premier président de Facebook, est l'un de ces grands patrons philanthropes. — SIPANY/SIPA

Connu par le grand public sous les traits de Justin Timberlake dans le film The Social Network, Sean Parker fut le premier président de Facebook. A la tête d’une fortune de 2,4 milliards de dollars, l’homme d’affaires de 36 ans est une personnalité influente et controversée de la Silicon Valley. Il est ainsi accusé d’avoir endommagé l’industrie du disque en fondant le site de partage de musique Napster et contrarie les têtes pensantes d’Hollywood avec son projet de « home cinéma » Screening Room. Aujourd’hui, il consacre sa fortune aux bonnes œuvres. La dernière en date est l’Institut Parker pour l’immunothérapie contre le cancer.

Cette structure s’appuiera sur un réseau de 40 laboratoires et 300 chercheurs. Et un don de 250 millions de dollars de la part de Sean Parker, qui a estimé qu’il s’agissait de la « plus grosse donation jamais faite dans ce domaine ». Le nouveau traitement recherché est censé doper le système immunitaire afin qu’il puisse lui-même identifier et anéantir les cellules cancéreuses.

L’effet « Giving Pledge »

Sean Parker, qui se qualifie de « pirate philanthrope », a déjà fondé The Parker Foundation en 2015, dotée de 600 millions de dollars pour agir dans différents domaines. Il avait déjà accordé un don de 24 millions de dollars à l’université de Stanford en décembre 2014 pour trouver un traitement contre les allergies, et 4,5 millions contre la malaria en juin 2015.

Le trentenaire s’inscrit dans la lignée des autres grandes fortunes philanthropiques des Etats-Unis, comme Bill Gates et Warren Buffet. Dans le cadre de l’opération « Giving Pledge » (promesse de don) lancée en 2010, près de 150 milliardaires se sont engagés à donner plus de la moitié de leur fortune pour la bonne cause.