Facebook a fini par supprimer la page appellant à la «lapidation» d'un youtubeur

POLEMIQUE Malgré les signalements d’internautes pour harcèlement, le site a estimé dans un premier temps que cet « événement » n’était pas contraire à sa charte mais a fini par se raviser…

Fabien Randanne

— 

Capture d'écran d'un «événement» Facebook lancé en mars 2016.
Capture d'écran d'un «événement» Facebook lancé en mars 2016. — Facebook

« Lapidation d’un Panda Moqueur place de la République » L’intitulé de cet « événement » Facebook fixé au 21 juin, qui a suscité de nombreuses réactions ce vendredi, peut paraître saugrenu pour ceux qui ne sont pas familiers de la galaxie des youtubeurs. Sous le pseudonyme Un Panda Moqueur se cache Sulivan Gwed. Ce jeune blogueur de 15 ans compte plus d’un million d’abonnés sur sa chaîne mais aussi de nombreux détracteurs.

« Il est temps d’en finir », détaillait ainsi la page Facebook appelant à sa « lapidation ». Ce vendredi après midi, elle recensait plus de mille « participants ».

Certains appréciaient visiblement cette plaisanterie de mauvais goût et n’hésitaient pas à en rajouter. « A MORT ! », provoquait un internaute dans un post sur la page. « Je propose l’écrasement des couilles entre deux pierres ! (Enfin, seulement s’il en possède) », relançait un autre.

« Vous êtes finis à la pisse »

Mais, globalement, ce sont surtout des messages de soutien au youtubeur qui apparaissaient. « C’est grave, ce que vous faites là », avertissait une jeune fille, entre un « Sombre idiots » et un « Allez à l’école au lieu de créer ce minable groupe ». « Et le pire, c’est que ça vous fait rire… Vous êtes finis à la pisse, ma parole », s’agaçait encore une internaute. Plusieurs utilisateurs de Facebook suggéraient ainsi de signaler la page au réseau social pour que celle-ci soit supprimée.

C’est ce qu’a fait une internaute à qui Facebook a répondu : « Nous avons examiné l’événement que vous avez signalé pour harcèlement et estimé qu’il n’était pas contraire à nos Standards de communauté ». Autrement dit, le site semblait ne voir aucun problème dans cette publication qu’il a maintenue en ligne. Une décision qui n’a pas manqué de susciter des réactions indignées.

L'« événement » a finalement été supprimé aux alentours de 17h. Facebook France a assuré à 20 Minutes qu’il « ne cautionnait en aucun cas cette page » et rappelé qu’il ne tolérait « aucun appel d’incitation à la haine ».