Se prendre pour Harry Potter ou Percy Jackson sur Twitter, le nouveau jeu à la mode

Insolite Incarner son personnage préféré sur Twitter. Une autre utilisation du réseau social, qui a peu à peu remplacé les forums pour de nombreux adolescents...

Nicolas Richoffer

— 

Des jeunes fans d'Harry Potter participent à un atelier en Angleterre.
Des jeunes fans d'Harry Potter participent à un atelier en Angleterre. — STEVENS FREDERIC/SIPA

Dans la galaxie Twitter, noyés au milieu des interventions de politiques, des liens de geeks et des débats de journalistes, des mondes parallèles existent bel et bien. Des milliers de jeunes (et quelques moins jeunes) cachés derrière des avatars en tous genres, vivent une ou plusieurs vies virtuelles sous la forme de jeux de rôles textuels, souvent dans l’univers d’une série ou d’une saga cinématographique.

Star Wars, Divergente, Games of Thrones, etc. : chacun peut se glisser dans la peau d’un personnage quelconque et vivre des histoires plus ou moins fantastiques. Retour d’expérience après plusieurs mois passés à Poudlard, dans l'univers d’Harry Potter.

La page d'accueil d'un RPG situé dans l'univers d'Harry Potter. - CAPTURE

Nouvelle identité

Tapez Harry Potter, Hermione Granger ou Drago Malfoy sur Twitter et vous comprendrez vite qu’ils sont très, très nombreux à vivre par procuration la vie de sorcier. Tellement d’ailleurs, qu’en matière de personnages, toutes les excentricités sont permises. Car la première démarche est évidemment de se créer un compte, et un personnage par la même occasion.

Et derrière les stars de la série, après les seconds rôles, après même les personnages de la nouvelle génération comme Rose Weasley, la fille de Ron et Hermione, ou Scorpius Malfoy, le fils de Drago et Astoria Greengrass, des personnages inventés pour l’occasion fleurissent sur Twitter. Vous voulez être le fils d’Hagrid et de la géante Mme Maxime, ou pourquoi pas la descendance de Severus Rogue et de Ginny Weasley ? Tout est possible !

Rédigez un beau CV dans votre bio et surtout, trouvez le compte source d’un « RPG » (Role Play Game) qui vous convienne : quand certains sont complètement libres, d’autres fixent des règles du jeu plus ou moins strictes. Manifestez-vous pour vous « inscrire » (quoique rien n’empêche les interactions libres), et commencez à vous prendre pour un magicien…

 

Comme dans la vraie vie, vous voici lancé dans un monde avec des gens plus ou moins jeunes, plus ou moins drôles, plus ou moins intéressants. Par un jeu de réponses mutuelles, une histoire va se dessiner : ici, trois aventuriers partent affronter des créatures dans la forêt, là, deux ados se draguent au bord du lac, là encore, un cours est donné par un prof grincheux.

Les joueurs sont essentiellement âgés de 16 à 20 ans, mais on y trouve quelques trentenaires et des collégiens aussi. Derrière une active « Narcissa Malfoy », Lucile (le prénom a été changé) accepte d’en dire un peu plus sur elle. « J’ai 28 ans, je suis maman et séparée. Alors je viens ici m’aérer l’esprit quand mon fils passe le week-end chez son père. Je trouve plus rigolo de discuter en temps réel entre personnages que de regarder la télé. » 

Loin des préjugés

Bien sûr, la séduction est un ressort essentiel des RPG, mais n’allez pas croire qu’il s’agit d’un site de rencontre gratuit. Ici, tout se passe « ivl » (in virtual life) et jamais « irl » (in real life). Certains « couples » se bécotent depuis des mois et sont plus ou moins fidèles…

Mais derrière l’anonymat des avatars se cachent des gens dont on sait finalement peu de choses. Quelques post-ados mal dans leur peau, mais pas seulement. De jeunes gens qui ont une vraie vie en dehors de leur clavier mais qui viennent ici trouver amusement et absence de préjugés. C’est d’ailleurs surtout après les cours, de 17 à 21 heures, que les discussions s’activent. « Rose » confie avoir 17 ans et être complètement accro à ce monde virtuel. « Je vais sans doute devoir arrêter quelques temps car c’est très chronophage et j’ai le bac à passer à la fin de l’année… »

 

Car les filles sont ultra majoritaires sur ces RPG, et sont nombreuses derrières les profils masculins pour combler le manque. Et à de rares exceptions près, tout le monde est beau sur un RPG. Surtout quand les personnages sont inventés. Les jeunes acteurs et actrices ont une cote folle pour les photos de profil.

Partage culturel

Pour autant, même si l’on y trouve quelques personnes fâchées avec les règles d'orthographe, force est de constater que le partage d’infos, d’idées et d’expériences sur un univers culturel est un trait d’union entre la plupart des utilisateurs. Ici, on lit Harry Potter et on le relit, on lit même Tolkien et des mangas, on compare et on mélange le tout, et on écrit aussi. On se retrouve entre « Potterheads » ou entre fans d’une autre saga, et on s’y sent membre d’une vraie communauté.

On n'écrit pas seulement des tweets : on rédige des fanfictions, c’est-à-dire que l’on prolonge l’œuvre de J.K. Rowling en faisant vivre les personnages dans de nouvelles aventures rédigées en longs chapitres par quelques auteurs en mal de nouvelle publications. On les commente, on les note et on les partage… Bref, on fait vivre la communauté des fans comme autrefois (et encore un peu aujourd’hui) sur les forums.