Wifi public: Valls assure que les accès ne seront pas restreints

SÉCURITÉ Le Premier ministre a assuré que l’interdiction des accès au Web via des Wifi publics n’était «pas une piste envisagée» pour la surveillance d'Internet…  

Fabien Randanne

— 

Illustration d'accès au Wifi dans un espace public.
Illustration d'accès au Wifi dans un espace public. — SEBASTIEN ORTOLA

Le Wifi ne se brouillera pas avec l’état d’urgence. Ce mercredi, Manuel Valls a assuré, sur BFMTV et RMC, que l’interdiction des accès à Internet via des Wifi publics n’était « pas une piste envisagée » par le gouvernement. Le Premier ministre aussi affirmé qu’il n’était pas favorable à l’interdiction du système TOR (« The Onion Router ») permettant d’empêcher l’identification d’un internaute via son adresse IP.

>> Lire aussi : Pourquoi la lettre du ministère de l’Intérieur au père Noël sur la surveillance d’Internet n’est pas réaliste

Selon Le Monde, ces deux mesures figuraient dans une note interne du ministère de l’Intérieur. Une révélation qui a suscité la colère d’internautes et de défenseurs des libertés.

« Internet est une liberté »

Manuel Valls a déclaré « ne pas avoir entendu parler » d’une demande de la police de faire interdire ces réseaux ouverts, dont l’une des particularités est de compliquer l’identification des personnes qui les utilisent pour accéder à Internet.

« Internet est une liberté, est un moyen extraordinaire de communiquer entre les gens, c’est un plus pour l’économie », a-t-il souligné Manuel Valls, tout en indiquant qu’il était « aussi un moyen pour les terroristes de communiquer et de diffuser leur idéologie totalitaire. »

Et de poursuivre : « Que la police regarde l’ensemble des aspects qui permettent de mieux lutter contre les terrorismes, bien évidemment, mais il faut prendre des mesures efficaces. »