Photo sanglante du Bataclan: Facebook suscite l’incompréhension des Français

WEB Impossible de débarrasser le réseau social de ce cliché atroce montrant des corps gisant dans la fosse de la salle de spectacle après l’attentat…

Anaëlle Grondin

— 

Le logo Facebook sur un écran d'ordinateur et un smartphone, en 2012
Le logo Facebook sur un écran d'ordinateur et un smartphone, en 2012 — KAREN BLEIER AFP

A la mi-journée dimanche, une photo sanglante de l’intérieur du Bataclan après l’attentat de vendredi est apparue sur Twitter. Elle est restée en ligne près de huit heures avant que la page de l’internaute qui l’avait postée soit finalement suspendue. Trop tard, d’autres internautes avaient eu le temps de l’enregistrer et de la partager à leur tour, sur d’autres plateformes. Le cliché pullulait sur Instagram dimanche, mais aussi sur Facebook.

Twitter et Instagram sont parvenus après de nombreuses heures à purger leur plateforme de ce contenu choquant. Mais sur Facebook, fréquenté par 1,55 milliard de personnes dans le monde, la photo circulait toujours ce lundi matin.

Plusieurs internautes ont même alerté 20 Minutes que le cliché apparaissait contre leur gré (et non flouté) dans leur fil d’actualité, suggéré par Facebook lui-même par le biais de ses algorithmes.

D’autres membres du réseau social faisaient part de leur incompréhension du fait que la plateforme n’avait pas supprimé ce contenu après signalement, indiquant : « Nous avons déterminé qu’il n’enfreint pas les Standards de la communauté ».

Contacté par 20 Minutes, Facebook France peinait encore ce lundi matin à expliquer pourquoi la photo était toujours visible sur leur plateforme, fréquentée dès le plus jeune âge. Le réseau social, qui compte plusieurs centaines de modérateurs à travers le monde, doit faire face au même dilemme pour chaque contenu choquant posté. Ses équipes en charge de la politique des contenus doivent décider s’il faut le laisser en ligne en considérant qu’il s’agit d’un élément d’information publié dans le but de dénoncer un acte ou le supprimer parce qu’il est visuellement trop violent.

Le site américain, qui a l’habitude d’invoquer la liberté d’expression, aurait-il penché pour la première solution ? Ou bien ses équipes de modération, renforcées ce week-end selon Facebook, sont-elles simplement dépassées face à l’afflux massif de contenus sur la plateforme ?

Le contexte de la publication de la photo en question

La principale difficulté : le contexte dans le lequel le contenu est posté est systématiquement analysé par la plateforme. Si la photo du Bataclan est postée avec un commentaire faisant l’apologie du terrorisme, elle sera ainsi supprimée beaucoup plus rapidement que la même photo assortie d’un commentaire du style « mon dieu, quelle horreur, vous aussi dénoncez ce massacre ». Cette dernière risque de rester un peu plus longtemps en ligne, le temps que les équipes de modération se décident sur son sort. Ce lundi après-midi, Facebook finissait par faire savoir à 20 Minutes que ses « équipes sont ultra mobilisées pour faire en sorte que la photo signalée soit rendue immédiatement inaccessible en France. »

Alors qu’il y a quelques semaines, un artiste dénonçait le fait que les photos de seins nus étaient plus facilement enlevées par le réseau que les propos racistes, ce décalage et ce retard dans le traitement des photos choquantes apparaît à nouveau incompréhensible.