Inquiets, les clients du site adultère Ashley Madison commencent à témoigner

PIRATAGE Pour eux, la punition est disproportionnée...

Stéphane Leblanc

— 

Le site Internet Ashley Madison
Le site Internet Ashley Madison — Sipa Press

Pour lui, son mariage était « mort ». Michael s’est inscrit sur le site de rencontres adultères Ashley Madison, l’a jugé mauvais et l’a quitté. « Mais ils n’ont pas effacé mes informations », rendues publiques après un piratage, raconte à l’AFP cet Américain qui a désormais peur des conséquences pour ses enfants ou son travail.

Divorces, suicides, extorsion de fonds… Le piratage d’Ashley Madison vire au drame

« Honnêtement le site est mauvais. C’est difficile de rencontrer des gens réels. Je parie que la plupart des utilisateurs, même ceux qui ont payé, n’ont pas réussi à avoir de liaison », estime Michael, qui travaille pour une ONG dans le Midwest et peste aujourd’hui après un site qu’il a fréquenté pendant trois mois et qui n’a pas effacé ses données, rendues publiques parmi celles de 32 millions d’autres utilisateurs à la suite d’un piratage survenu en juillet. Il ne s’inquiète pas pour son mariage – sa femme et lui se sont séparés et un divorce est en cours – mais pour l’impact que pourraient avoir ces révélations sur ses enfants et sur sa carrière professionnelle.

Perdre son emploi n’est peut-être pas la punition adéquate…

« J’ai un bon travail, mais beaucoup (de mes collègues) sont croyants. Je pourrais être licencié », affirme-t-il. « Ce que j’ai fait est mal et je le regrette profondément, mais perdre mon emploi et risquer de faire plonger mes enfants dans la pauvreté n’est sans doute pas la punition adéquate, estime celui qui s’inquiète aussi de la suffisance des hackers et de la joie exprimée par certains sur les réseaux sociaux. »

Aujourd’hui, les agences spécialisées dans la gestion de la réputation de leurs clients sur Internet ou des agences de relations publiques crouleraient sous les appels, selon l’AFP. « Tous des hommes, c’est choquant », selon Courtney Fitzpatrick, directrice média de Status Labs, qui a été contacté par une cinquantaine de clients d’Ashley Madison. « Certains se plaignent du vol de leur identité ; certains ont reconnu avoir triché et regrettent beaucoup ce qu’ils ont fait. D’autres sont des tricheurs qui ont peur d’être débusqués par leurs femmes », rapporte-t-elle. Parmi eux, certains ont pris les devants et avoué publiquement leurs infidélités.

>> Une star défendait les valeurs familiales à la télé tout en utilisant les services d’Ashley Madison en privé

Les clients d’Ashley Madison font désormais l’amère découverte que rien sur Internet ne peut rester privé, note Denise Friedman, présidente du département de psychologie au Roanoke College en Virginie. « On met des choses en ligne et on ne se soucie pas de la sécurité » alors que n’importe qui peut abattre les murs censés nous protéger, ajoute-t-elle.

La maison mère du site, Avid Life Media, fondée en 2001, a offert une récompense de 500.000 dollars canadiens (375.000 USD) pour toute information menant à l’arrestation des pirates.