Snapchat, le nouveau loup de Wall Street

WEB Evan Spiegel, le patron de l’application de messagerie éphémère, a confirmé sa volonté d’entrer en Bourse…

C.W. avec AFP
— 
Le confondateur et directeur général de Snapchat, Evan Spiegel, en 2013.
Le confondateur et directeur général de Snapchat, Evan Spiegel, en 2013. — J.C.HONG/AP/SIPA

100 millions de personnes dans le monde utiliseraient Snapchat quotidiennement. Un succès grandissant pour cette application proposant d’envoyer des messages, des photos et des vidéos destinés à disparaître. Evan Spiegel, le patron, ne compte pas s’éclipser. Ce mardi 26 mai, à une conférence en Californie, il a d’ailleurs formulé son vœu d’entrer en Bourse.

Prévoir et devoir

Sans donner de date précise, Evan Spiegel a affirmé l’importance pour sa start-up d’une introduction boursière : « Nous devons entrer en Bourse, nous prévoyons de le faire », a-t-il affirmé, en insistant sur l’importance de ce projet.

Il faut dire que l’application pourrait commencer à peser lourd. Alors qu’en 2013 Snapchat avait rejeté une offre de reprise par Facebook d’un montant de 3 milliards de dollars, les médias avaient annoncé en mars dernier qu’Alibaba, le géant chinois du commerce en ligne, comptait investir 200 millions de dollars. Selon Bloomberg, cet investissement devait valoriser l’application à 15 milliards de dollars.