Jean-Luc Lahaye arrêté pour «corruption de mineure»: Facebook nie avoir «mis en alerte la police»

WEB Convoqué pour corruption de mineure, le chanteur de 62 ans a pointé le réseau social du doigt, affirmant que ce dernier avait «signalé» ses conversations privées aux autorités…  

Anaëlle Grondin

— 

Le chanteur Jean-Luc Lahaye pose le 10 septembre 2012 à Lille
Le chanteur Jean-Luc Lahaye pose le 10 septembre 2012 à Lille — Francois Lo Presti AFP

Arrêté jeudi pour corruption de mineure de moins de 15 ans et détention de fichiers pédopornographiques, Jean-Luc Lahaye s’est défendu sur Europe 1 ce vendredi: «J'ai un compte Facebook. Je ne suis pas responsable des choses qu'on m'envoie. Cette fille s'est cachée derrière un faux profil, elle disait avoir 18-19 ans, elle en avait presque 15...» Le chanteur de 62 ans a d’ailleurs épinglé Facebook. Pour lui, c’est le réseau social qui a «mis en alerte la police»  après ses conversations privées avec cette mineure.

Une demande officielle des autorités nécessaire

Contacté par 20 Minutes, Facebook a démenti avoir envoyé une alerte à la police. Le réseau social a affirmé qu’il ne faisait jamais de surveillance et qu’un contenu privé n’était accessible à la police que lorsqu’une demande était faite par celle-ci dans le cadre d’une procédure judiciaire. Le réseau social insiste: il ne les alerte jamais lui-même. Facebook a toutefois affirmé: «En matière de pédo-pornographie nous appliquons une politique de tolérance zéro et nous travaillons de façon étroite avec les autorités.» Facebook se base également sur les signalements faits par ses membres: «Nous mettons à la disposition de nos utilisateurs des outils de signalement auprès de chaque contenu. Dès le premier signalement, le contenu est analysé par nos équipes dédiées» pour les traiter.

Dans le cas de Jean-Luc Lahaye, Facebook a refusé de nous indiquer si la police avait ou non demandé à pouvoir accéder à ses conversations en ligne avant de procéder à son arrestation. Le réseau social n'était également pas en mesure d'indiquer s'il y avait eu un signalement.

Selon RTL, Jean-Luc Lahaye a été interpellé mercredi matin par l'Office central de répression des violences aux personnes de la police judiciaire. A l'issue de sa garde à vue à Nanterre dans les Hauts-de-Seine il a été présenté jeudi à un juge d'instruction parisien, puis mis en examen.  Le chanteur a été laissé libre, placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire et une obligation de recevoir une injonction de soins. Il sera convoqué au tribunal le 23 mars.