VIDEO. Comment Norman, Cyprien et compagnie sont sortis de leurs chambres

WEB Leur succès est né de vidéos minimalistes postées sur Internet. Mais les tenants de «l'humour 2.0» se risquent à la télévision, au spectacle, à la pub, au cinéma... Avec plus ou moins de succès...

J.M.

— 

Norman Thavaud et Cyprien IOv, dans le documentaire Humour 2.0
Norman Thavaud et Cyprien IOv, dans le documentaire Humour 2.0 — La grosse équipe

Leurs chambres sont devenues trop étroites. Il est fini le temps des vidéos bricolées à la maison. Mardi soir sur Comédie + à 20h50, le documentaire spécial Humour 2.0 revient sur ces figures qui ont émergé grâce à YouTube, portées par un public adolescent. Désormais, elles essaiment à la télévision, dans les pubs, au cinéma, sur scène...

Davantage de vraies fictions

Au départ, l'humour 2.0, c'était des jeunes hommes, plus rarement des femmes, qui livraient leurs états d'âme face caméra, à coups de blagues potaches et de montage vidéo accéléré. Maintenant, c'est plus compliqué. La dernière vidéo postée le 24 janvier par Cyprien sur son compte YouTube est un véritable court-métrage: Technophobe raconte l'histoire d'un homme devenu allergique à tout ce qui de près ou de loin touche à la technologie: gamepad, télécommande, clavier d'ordinateur... Réalisée par Théodore Bonnet, cette vidéo, qui compte plus de 6 millions de vues à ce jour, comporte le réalisateur Maurice Barthélémy et Laurence Ferrari au casting.


Inexorablement, les YouTubeurs passent de blagues potaches et de confidences égocentrées à la production d'histoires. Surtout depuis qu'ils se sont rassemblés en collectifs, avec matière à nourrir la télévision. Les collectifs Studio Bagel et Golden Moustache permettent aux Youtubeurs de se mettre à l’écriture de petites fictions. En étant racheté par Canal + en 2014, le studio Bagel dispose de plus gros moyens. La chaîne leur offre aussi une visibilité en les faisant participer au Before du Grand Journal. 

Le cinéma, ce n'est pas encore ça

Mais du petit au grand écran, le chemin est long. La tentative la plus notable de briller au cinéma, c’est celle de Norman Thavaud dans Pas très normales activités, que diffuse France 4 ce mercredi soir pour la première fois à la télévision. Le film est éreinté par la critique et s'avère bien en deçà des attentes, avec moins de 200.000 entrées. Interrogé par Le Parisien, Norman explique: «Je ne regrette pas d’avoir fait ce film, c’est grâce à lui que Maïwenn m’a repéré pour son long-métrage, Rien ne sert de courir De son côté, Hugo Dessioux, alias Hugo Tout seul, a fait deux apparitions dans les films Fonzy et Avis de mistral. Mais il explique à 20 Minutes qu'il souhaiterait bien écrire son propre long-métrage.

La tentation de la scène

Autre volonté d'essaimer, celle de s'approprier la scène. Il y eut d'abord deux événements fondateurs les Zapping Amazing, qui réunissaient les Youtubeurs pour les fans. Ce 7 février, Norman Thavaud a entamé ses vingt dates programmées à la Cigale, à Paris. C'est déjà un succès puisque le spectacle est complet jusqu'au 28 février. De leur côté, Mister V et Hugo tout seul ont rejoint la troupe du Woop. Ce collectif de jeunes, dont certains issus du stand-up, est de retour à Paris au Théâtre Apollo. Mais gare au direct, certains passages en live s’avèrent des ratés: Le Cyprien Gaming show organisé le 6 septembre dernier au Rex aurait été une «soirée du malaise».

Les marques les aiment

Ce qui est certain, c'est qu'on n'a pas fini de les voir dans des spots publicitaires. Norman est allé mangé chez Crunch et le Studio Bagel chez Samsung à l'occasion du lancement d'un smartphone. Les marques adorent ces YouTubeurs suivi par des millions de jeunes abonnés. Parfois, c'est un peu sale, quand on fait une publicité qui ne dit pas son nom. Dans une enquête, L'Express a noté au sujet de Cyprien trois cas de vidéos, sans doute payées par les annonceurs, et dans lesquels «aucune ne mentionne de partenariat dans les crédits». Quand le même Cyprien tourne une dizaine de publicités pour la banque CIC, c'est plus clair, tout comme Hugo tout seul pour la Société Générale. Comme quoi, il n'y a pas que Gad Elmaleh qui rêve d'une banque idéale.