«The Interview»: Le visionnage du film sur Internet rapporte 15 millions de dollars en quatre jours

VOD Les achats et locations en ligne de la comédie que Sony Pictures a fini par sortir sont très nombreux depuis Noël…

A.G. avec AFP

— 

James Franco et Randall Park dans «The Interview»
James Franco et Randall Park dans «The Interview» — SONY/COLUMBIA

L'interview qui tue! (The Interview, en VO), fait un carton sur Internet. La comédie sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, a rapporté plus de 15 millions de dollars en ventes et locations sur Internet en quatre jours seulement, indique Sony Pictures dans un communiqué. The Interview a été loué ou acheté en ligne plus de deux millions de fois, renchérit le site spécialisé Deadline.

>>  «The Interview»: Tout ça pour ça? 

Au cinéma, le film a par ailleurs permis au studio d’engranger 2,8 millions de dollars depuis sa sortie jeudi dans les salles américaines. L’Interview qui tue a nécessité un budget de 44 millions de dollars. La comédie est donc encore loin d’être rentabilisée. Et malgré son carton sur Internet les premiers jours entraîné par la curiosité du public, le film a été piraté et mis à disposition sur les sites de peer-to-peer dès sa sortie officielle en VOD.

Volte-face de Sony et des cinémas américains

Mardi dernier, Sony est finalement revenu sur sa décision, autorisant une sortie limitée dans des cinémas indépendants. Le film était également accessible dès mercredi soir, moyennant finances, sur plusieurs plateformes Internet (comme YouTube Movies, Google Play Store, ou encore Microsoft’s Xbox Live network) et un site dédié.

Quelque 300 cinémas aux Etats-Unis avaient finalement consenti à projeter cette comédie parodique comme prévu le 25 décembre après avoir renoncé dans un premier temps. Les grandes chaînes de cinéma américaines avaient en effet annoncé la semaine dernière qu'elles renonçaient à le projeter à la suite des menaces proférées par des pirates informatiques qui ont revendiqué un piratage des studios Sony.

>> Piratage de Sony Pictures: Si vous avez raté le début