Saint Louis s’est perdu dans Twitter

PATRIMOINE Le musée du Cluny organise un jeu concours sur Twitter…

Benjamin Chapon
— 
Saint Louis envoie des ambassadeurs demander pour son fils la main de sainte Ursule, huile sur toile du XVe siècle
Saint Louis envoie des ambassadeurs demander pour son fils la main de sainte Ursule, huile sur toile du XVe siècle — © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Le musée de Cluny, dans le cadre de son exposition Voyager au Moyen-Âge, organise un jeu-concours sur son compte Twitter. Intitulé Où est Saint Louis?, le jeu consiste en une suite de questions, avec indices distillés sur les comptes twitter du musée et du Centre des monuments nationaux (qui organise une exposition Saint-Louis à la Concirgerie, à Paris) pour deviner des lieux visités par le fameux roi de France. Vendredi déjà, le musée de Cluny avait publié un indice.

 #OùestSaintLouis #indice Au retour de la croisade, #SaintLouis ne débarqua pas à #AiguesMortes comme prévu mais Hyères cc @leCMN
— Musée de Cluny (@museecluny) December 5, 2014


 Un #indice se cache dans ce parchemin pour trouver #OùestSaintLouis. PS : il s'agit d'une île... #jeu #concours pic.twitter.com/Phde7ln4xL
— le CMN (@leCMN) December 8, 2014


Associer un jeu Twitter à une exposition. La pratique est encore balbutiante mais, en la matière, les musées français sont loin d’être à la traîne. Il y a un mois, le Louvre avait lancé un jeu sur internet intitulé Sauvons le Louvre. Le joueur incarne Jacques Jaujard, directeur des Musées nationaux lors de l’invasion allemande de 1940, et doit organiser l’évacuation des œuvres du musée du Louvre en zone libre.

 [Jeu en ligne] Sauvons le Louvre ! - Dans la peau de Jacques Jaujard http://t.co/htd4grhk78 pic.twitter.com/XRFL2wuNKT
— Musée du Louvre (@MuseeLouvre) October 27, 2014


Bientôt, la Joconde sur Twitter

La récente initiative #MuseumWeek sur Twitter a mis en évidence l’inventivité des musées français en matière de communication sur les réseaux sociaux. Cette année, le Grand Palais à l’occasion de l’exposition Moi, Auguste, empereur de Rome ou le musée du Quai Branly pour Indiens des plaines avaient ainsi créé des comptes Twitter prétendument tenus par Auguste lui-même et Wacochachi, «un esprit des Indiens des Plaines.»

Le Grand Palais avait fait appel aux auteurs de Boloss des belles lettres et misé sur l’humour. Les internautes pouvaient ainsi suivre les conversations enter Auguste et feu Marc-Antoine, revivre la bataille d’Actium en mode «touché-coulé» et se délecter de l’égocentrisme du premier Empereur de Rome.

 BETHLÉEM - INTERVIEW EXCLUSIVE. JOSEPH : "POUR LE PRÉNOM, ON A LONGTEMPS HÉSITÉ ENTRE BRIAN ET JÉSUS. MAIS ON VA GARDER JÉSUS." #TITBÉBÉ
— Tite Live (@Tweet____Live) March 24, 2014


Le Quai Branly en revanche avait opté pour des tweets poétiques écrits du point de vue d’un Indien. Ces tweets étaient associés à de mystérieuses projections de bisons stylisés sur des monuments parisiens pendant une semaine.

Saint-Louis a désactivé la géolocalisation

Parmi les multiples usages des comptes Twitter des musées, la création de faux comptes tenus par des personnages historiques en lien avec les expositions est encore utilisée avec parcimonie. Lors de la #MuseumWeek, Benjamin Benita, community manager de la Cité des Sciences et du Palais de la découverte, nous expliquait: «On avait pensé à créer un compte pour Léonard de Vinci au moment de l’exposition sur ses inventions. On a observé ce qu’a fait la Nasa avec le compte du robot martien Curiosity. On y pense… Mais la priorité reste de développer notre compte.»

 Congrats #Orion! We're one step closer to bootprints next to these rover tracks. #JourneyToMars pic.twitter.com/1l51sQwpMh
— Curiosity Rover (@MarsCuriosity) December 5, 2014


Plutôt que de créer un compte @Saint-Louis, qui d’ailleurs, comme de nombreux personnages historiques, a déjà plusieurs comptes Twitter, le musée de Cluny a organisé le jeu sur son propre compte. Difficile en effet de créer une audience efficace à un compte Twitter en quelques mois, soit la durée d’une exposition. Dommage quand même, le live tweet de son voyage à Jérusalem aurait pu être passionnant.