Le quotidien «Le Parisien» poursuit theparisienne.fr pour contrefaçon

WEB Le journal réclame au site 20.000 euros de dommages et intérêts et l’abandon de son URL…

20 Minutes avec AFP

— 

Le siège du Parisien
Le siège du Parisien — Sipa

Le Parisien a annoncé ce mardi assigner le blog theparisienne.fr pour contrefaçon, lui réclamant 20.000 euros de dommages et d'intérêts et l'abandon de l'URL (l’adresse du site Internet), au titre de sa ressemblance avec le mensuel La Parisienne vendu avec le quotidien.

Nombreux échanges depuis 2013

«Cette assignation fait suite à de très nombreux échanges depuis septembre 2013, il s'agit d'une contrefaçon sur une marque déposée depuis 2003», a indiqué à l'AFP Jean Hornain, directeur général du Parisien, faisant référence au magazine féminin La Parisienne.

«Nous demandons à Mme Zaouati [qui dirige le blog theparisienne.fr] qu'elle cesse d'utiliser pour son blog le titre de "The Parisienne" et "So parisiennes", qu'elle nous cède ses noms de domaine, et réclamons une condamnation à 20.000 euros de dommages et intérêts», indique-t-on au Parisien. «Cette assignation intervient quand les gens ne donnent pas suite, mais il y a toujours une solution à l'amiable», a-t-il poursuivi, précisant que «des discussions sont toujours possibles».

La blogueuse, indignée

Sur le blog qu'elle indique tenir depuis cinq ans et qui s'intéresse aux expositions, restaurants, pièces de théâtre ou encore promenades dans la capitale, Nathalie Zaouati s'indigne dans un long billet: «Comment un journal pourrait-il penser une seconde que le blog individuel d'une parisienne amoureuse de sa ville pourrait être une tentative de copie d'un quotidien parisien, et de son armée de journalistes?».

La jeune femme a appelé ses lecteurs à la défendre «si vous souhaitez vous aussi que les parisiennes et les parisiens puissent librement utiliser ces deux termes pour raconter leur passion pour leur ville, criez le avec moi, hommes et femmes confondus, sur tous les toits du numérique : #jesuisparisienne.» Sollicitée par l'AFP, Nathalie Zaouati n'était pas joignable ce mardi.

Affrontement en ligne

Ce mardi, les deux comptes Twitter du Parisien et du blog theparisienne se sont affrontés, reprenant chacun à son compte le hastag #jesuisparisienne.