Google dénonce un internaute détenant des images pédopornographiques

WEB L’Américain de 41 ans a été arrêté par la police de Houston au Texas…

Anaëlle Grondin

— 

Gmail, un des services en ligne proposés par Google.
Gmail, un des services en ligne proposés par Google. — Rene Fluger/AP/SIPA

Mise à jour (05/08): La firme de Mountain View, qui ne souhaitait pas commenter cette affaire, a fini ce mardi par réagir et expliquer comment elle s'y prenait pour lutter contre «les cas d'atteintes sexuelles sur mineurs».

Google a-t-il le droit de signaler des emails comportant des contenus illégaux sur Gmail? La question se pose, alors qu’un habitant de Houston au Texas (Etats-Unis) a été arrêté la semaine dernière après avoir envoyé par e-mail une photo à caractère pédopornographique.

Selon un média local, KHOU, Google a alerté un centre de protection de l’enfance (le National Center for Missing and Exploited Children) après avoir découvert, dans les e-mails de cet homme, une image relevant de la pédopornographie. Le centre a alors prévenu la police qui est ensuite intervenue. Le Texan, qui avait déjà été reconnu coupable d’agression sexuelle sur un garçon de 8 ans en 1994, a été inculpé pour possession de pornographie infantile et promotion de pornographie infantile.

Les conditions de Google sont claires

La police de Houston a indiqué à la presse locale que Google avait détecté des photos explicites d’une jeune fille dans un e-mail que le pédophile présumé envoyait à un contact. Cette affaire pose la question de la vie privée sur Internet et du rôle de Google dans la surveillance du Web.

La firme n’a jamais caché qu’elle analysait le contenu des courriels envoyés et reçus via son service de messagerie, qui compte plus de 400 millions d’utilisateurs dans le monde. Les dernières conditions d’utilisations de Google, mises à jour le 30 avril dernier en français, précisent: «Nos systèmes automatisés analysent vos contenus (y compris les e-mails) afin de vous proposer des fonctionnalités pertinentes sur les produits, telles que des résultats de recherche personnalisés, des publicités sur mesure et la détection des spams et des logiciels malveillants. Cette analyse a lieu lors de l’envoi, de la réception et du stockage des contenus.»

Une empreinte numérique pour chaque image

«Malheureusement toutes les entreprises de l'Internet sont confrontés à des cas d'atteintes sexuelles sur mineurs. C'est pourquoi Google supprime activement ces images illégales de nos services, y compris dans le moteur de recherche et Gmail, et signale immédiatement tout abus au National Center for Missing and Exploited Children (NCMEC), qui collabore avec les services de police», explique ce mardi un porte-parole de la firme. «Ces éléments de preuve sont régulièrement utilisés pour condamner des criminels. Chaque image mettant en scène des atteintes sexuelles sur mineurs se voit attribuer une empreinte numérique unique qui va permettre à nos systèmes d'identifier ces photos, y compris dans Gmail», poursuit-il avant de préciser: «Nous utilisons cette technologie pour identifier les images représentant des abus sexuels sur des mineurs et non pas le contenu d'un email qui pourrait être lié à une activité criminelle en général (par exemple, utiliser le courrier électronique pour préparer un cambriolage).»

Le directeur juridique de Google, David Drummond, avait déjà affirmé l’an dernier dans une tribune publiée par le Telegraph que l’entreprise s’engageait contre la pédopornographie: «Google rend l’accès à l’information disponible partout, et nous avons toujours supporté la liberté d’expression. Mais il n’y a pas de liberté de parole quand on en vient à des images d’abus sur mineurs. Malheureusement, la société n’a pas été capable d’arrêter leur création. Mais nous devons travailler tous ensemble pour nous assurer qu’elles ne soient plus disponibles en ligne et que les gens qui partagent ce contenu répugnant soient signalés et poursuivis en justice.»