Netflix ne proposera en France que des films de plus de 36 mois

WEB Le service de vidéo en ligne a l'intention de respectera la chronologie française des médias...

J.M. avec AFP

— 

Le logo de Netflix, annoncé comme la révolution sur le marché français de la VOD
Le logo de Netflix, annoncé comme la révolution sur le marché français de la VOD — Ryan Anson AFP
Le service de vidéo en ligne américain Netflix, qui se lancera en France et dans cinq autres pays européens d'ici fin 2014, peaufine son offre, qui respectera la chronologie française des médias, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

Avec ces six nouveaux lancements (Allemagne, Autriche, Belgique, France, Suisse et Luxembourg), Netflix sera présent dans 47 pays, contre 41 actuellement. Il compte déjà plus de 48 millions d'abonnés, dont 36 aux Etats-Unis et 12 à l'international. Il veut développer la part d'abonnés à l'international, actuellement de 25% et prévue à 80% à terme, a-t-on indiqué de même source.

Netflix ne devrait pas payer d'impôt en France

Son siège européen étant basé à Amsterdam, Netflix ne devrait pas payer d'impôt en France, ni même la TVA, puisque les produits numériques vendus par un commerçant étranger sont imposés dans le pays du vendeur. Netflix ne proposera en France que des films de plus de 36 mois, comme le prévoit la chronologie des médias, ainsi que les séries ou émissions dont il a acquis les droits. Par exemple la série «House of Cards», produite pour Netflix mais dont les droits ont été vendus à Canal+ pour la France, ne seront pas disponibles sur Netflix pour les Français.

Les contenus disponibles sur le service de vidéo en ligne devraient, comme dans les autres pays où il est présent, comporter 80% de production américaine et 20% de production locale ou régionale, et la quantité de contenus disponibles doubleront au bout d'un an. Certains droits seront négociés par pays, d'autres au niveau européen. Netflix, dont le prix mensuel sera fixé à moins de 10 euros et variable en fonction des supports, proposera des productions françaises, dont une série originale en préparation se déroulant à Marseille.

Pas d'accord exclusif avec les FAI français

Côté distribution, l'entreprise américaine souhaite plutôt que son offre française passe par une box ADSL ou câble, car sinon ses clients devront acheter une nouvelle box ou connecter une smart TV, ce qui n'est pas dans les habitudes des consommateurs. Il poursuit donc ses discussions avec les fournisseurs d'accès internet français, mais ne souhaite pas un accord exclusif avec l'un d'eux.

Deux milliards d'heures de vidéo sont consommées chaque mois sur Netflix, conclut-on de même source, le succès principal du service provenant de la mise à disposition des saisons antérieures de séries à succès.