Le hacker «Sabu» libre après sa «coopération extraordinaire» avec le FBI

SECURITE Le chef présumé du groupe LulzSec a aidé les autorités pendant trois ans, notamment en livrant certains de ses camarades...

Philippe Berry

— 

L'ex-hacker «Sabu», Hector Xavier Monsegur, à sa sortie du tribunal de New York, le 27 mai 2014.
L'ex-hacker «Sabu», Hector Xavier Monsegur, à sa sortie du tribunal de New York, le 27 mai 2014. — S.WENIG/AP/SIPA

Il risquait jusqu'à 26 ans de prison. L'ex-hacker Hector Xavier Monsegur, plus connu en ligne sous son pseudo «Sabu», a finalement écopé de sept mois. Et parce qu'il a déjà purgé sa peine, l'ex-chef présumé du groupe LulzSec est ressorti libre du tribunal de New York, mardi. Selon le juge, cette peine clémente est justifiée par sa «collaboration extraordinaire» avec le FBI.

Accusé d'avoir participé à plus de 250 attaques, notamment contre PayPal, Mastercard et Visa pour soutenir WikiLeaks, Monsegur, un père de famille au chômage aujourd'hui âgé de 30 ans, a été approché par les autorités en juin 2011. Il accepte aussitôt de collaborer et devient un informateur du FBI. Pendant trois ans, il livre plus d'une demi-douzaine de ses ex-compagnons d'armes. Selon le New York Times, il aurait même coordonné, à la demande des autorités, des cyberattaques contre l'Iran et la Syrie, en 2012.

«Deviens une balance et échappe à la prison»

Dans la sphère Anonymous, «Sabu» est vu comme un traître. Ce qui passe mal, c'est que certains de ses camarades ont payé le prix fort pour des actes similaires. Jeremy Hammond («Anarchaos») a notamment été condamné à 10 ans de prison pour le piratage de la firme Stratford. L'an dernier, il avait tenté, sans succès, de plaider «l'entrapment», affirmant que Monsegur l'avait encouragé à passer à l'acte alors même qu'il travaillait pour le FBI.

«Le gouvernement faisait pareil pour les mafieux: deviens une balance, livre tout le monde et échappe à la prison. C'est le même refrain», conclut l'ex-hacker Kevin Mitnick sur Twitter.