Bitcoin: Avant la faillite de Mtgox, il rêvait d'ouvrir un café

INTERNET Mark Karpelès, l’ex-PDG français de la société de gestion d’échanges de bitcoin, travaillait à l’ouverture d’un café à quelques jours du dépôt de bilan de MtGox…

De notre correspondant à Tokyo, Mathias Cena

— 

Mark Karpèles, le PDG français de l'entreprise japonaise Tibanne, propriétaire du site d'échange de bitcoins MtGox.
Mark Karpèles, le PDG français de l'entreprise japonaise Tibanne, propriétaire du site d'échange de bitcoins MtGox. —

Dans le quartier branché de Shibuya à Tokyo, à quelques minutes de marche de l’emblématique passage piéton emprunté chaque jour par des milliers de personnes, l’immeuble qui abrite le quartier général de MtGox étale sa façade de verre et de métal.

La plate-forme d’échange de monnaie virtuelle bitcoin, qui était dirigée par le français Mark Karpelès, a annoncé jeudi le lancement de sa procédure de liquidation, après avoir stoppé ses transactions en février. Selon Mark Karpelès, une attaque informatique massive aurait causé la disparition de 750.000 bitcoins de clients et 100.000 autres détenus par MtGox. Comme environ 200.000 bitcoins avaient été retrouvés plus tard, c’est donc une valeur totale de 276 millions d’euros que réclament 127.000 personnes lésées par cette disparition.

Quiches, tartes aux pommes et cafés

Au rez-de-chaussée du même bâtiment, une vitrine aveugle surmontée d’une enseigne entourée par une bâche signalent ce qui aurait dû devenir le «Bitcoin café». Selon le Wall Street Journal, Mark Karpelès travaillait encore sur ce projet début février, juste avant le dépôt de bilan de l’entreprise.Ce café, dont l’ouverture était prévue fin 2013 avant d’être repoussée à début mars, devait servir des «quiches, des tartes aux pommes et des cafés», payables en bitcoins ou en yens.

Selon plusieurs personnes impliquées dans le projet, au-delà des coûteux investissements en matériel (le Wall Street Journal cite un four à 25.000 euros et une machine à café à 16.000 euros), Mark Karpelès consacrait une grande partie de son temps à ce café, pour lequel il avait développé un logiciel de paiement, quand il n’était pas occupé «à regarder des dessins animés ou des épisodes de la série «Breaking Bad» dans son bureau». Il aurait aussi engagé un consultant en pâtisserie à plein-temps et réaffecté un des employés de Tibanne, la société mère de MtGox, au projet, qui n'est plus à l'ordre du jour.