VIDEO. Le navigateur Firefox s'offre un lifting réussi

WEB Avec sa version 29, le navigateur de Mozilla allie fonctionnalité, élégance et rapidité...

Philippe Berry

— 

L'interface de Firefox 29.
L'interface de Firefox 29. — 20 MINUTES

On ne pas pas se mentir, Mozilla a eu du mal à réagir après l'arrivée de Chrome. Plus rapide et plus moderne, le navigateur de Google a séduit de nombreux geeks. Mais après avoir rattrapé son retard sur le terrain de la vitesse depuis deux ans, Firefox s'offre aujourd'hui un lifting réussi. Et dans une ère post-Snowden, la présence d'un acteur qui fait de la protection des données une priorité est salutaire.

>> Firefox 29 à télécharger ici en français

Le premier changement est cosmétique. Suivant la mode mobile actuelle, le nouveau Firefox va vers l'épure. Les onglets inactifs sont mis en retrait, l'espace est mieux optimisé et l'accès au menu principal se fait via un bouton en haut à droite, comme sur Chrome.

Une synchronisation dans le cloud enfin efficace

Mozilla mise sur une personnalisation avancée de son navigateur. Les fonctions et les extensions les plus utilisées peuvent se glisser vers le menu ou même la barre des tâches. Surtout, le système de synchronisation est enfin utilisable. Il suffit de créer un compte au premier lancement, puis réglages, favoris et historique sont stockés dans le cloud pour une expérience uniforme sur toutes ses machines (PC, smartphones et tablettes).

Globalement moins gourmand que Chrome ou Internet Explorer en ressources, surtout avec 30-40 onglets ouverts, Firefox est depuis un an aussi rapide, voire plus, que la concurrence, à la fois au démarrage et pour charger une page. Par défaut, ce qui manque finalement le plus en venant de Chrome est l'intégration des suggestions de la recherche de Google Instant. Heureusement, il existe des extensions comme InstantFox qui règlent le problème.

Sur PC, comme sur Mac et Android, Mozilla propose au final un excellent navigateur. Dommage que la fondation refuse de sortir une version iOS, pour une histoire de bras de fer avec Apple autour du moteur graphique. Cela empêche Firefox d'être totalement multiplateformes, à l'inverse de Chrome.

>> Les nouveautés en vidéo