BitCoin: Le marché d'échange MtGox un peu plus près de la liquidation

WEB La piste d'une reprise s'éloigne alors qu'il a été placé sous administration judiciaire...

P.B. avec AFP

— 

Un utilisateur des bitcoins manifeste devant le siège de MtGox à Tokyo le 26 février 2014
Un utilisateur des bitcoins manifeste devant le siège de MtGox à Tokyo le 26 février 2014 — Yoshikazu Tsuno AFP

Les derniers espoirs d'une issue heureuse au fiasco semblent s'envoler. La plateforme japonaise d'échange de monnaie virtuelle MtGox, qui a déposé le bilan en février au Japon, a été placée mercredi sous administration judiciaire, a annoncé son directeur général.

«Le tribunal de Tokyo a décidé de rejeter la demande pour entamer une procédure de redressement» et un administrateur provisoire, Nobuaki Kobayashi, a été nommé, selon un communiqué du patron de l'entreprise, le Français Mark Karpeles.

«En tant qu'administrateur provisoire, je vais gérer les actifs de la société sous la supervision de la Cour de district de Tokyo», a déclaré l'intéressé dans un communiqué publié sur le site MtGox.«Je m'efforcerai de le faire équitablement à la fois sur le plan national et international, en essayant d'utiliser certaines procédures étrangères, y compris via le chapitre 15 aux États-Unis», a-t-il ajouté.

127.000 créanciers

Cette procédure signifie que MtGox a jugé difficile de se redresser et éventuellement de trouver un repreneur, compte tenu d'une part de la complexité des procédures quand le nombre de créanciers atteint 127.000 et du fait de l'absence de plan d'avenir jugé crédibles, selon des sources citées dans la presse.

MtGox avait stoppé ses transactions courant février, après avoir selon son patron été victime d'une attaque informatique qui aurait entraîné la disparition de 750.000 bitcoins de clients (l'équivalent de 450 millions de dollars à l'époque) et 100.000 détenus par la société. Quelque 200.000 ont toutefois été retrouvés plus tard.

Aux Etats-Unis, MtGox bénéficie depuis le 11 mars de la protection du chapitre 15 prévue par le code américain pour les sociétés étrangères. Il protège les actifs des entreprises étrangères faisant l'objet d'une procédure d'insolvabilité dans leur pays d'origine aux Etats-Unis et empêche leur saisie par des créanciers. La société fait l'objet d'un recours collectif intenté devant le tribunal de l'Illinois le 27 février.