Dailymotion: Orange en discussions avec Microsoft pour un partenariat industriel

WEB Stéphane Richard, le PDG de l’opérateur téléphonique, l’a confirmé ce mardi sur BFM Business…

A.G. avec AFP
— 
Le site français de partage de vidéos Dailymotion.
Le site français de partage de vidéos Dailymotion. — LOIC VENANCE / AFP

La rumeur courait depuis des semaines. Le PDG d’Orange vient de confirmer au micro de BFM Business que le groupe français était actuellement en discussions avec Microsoft concernant un partenariat industriel autour de Dailymotion.

«On discute avec Microsoft, ce qui ne veut pas dire qu'on arrivera à un accord, mais j'ai bon espoir que ce sera le cas», a déclaré Stéphane Richard, interrogé en marge du congrès de la téléphonie mobile de Barcelone. «Je pense que cela fait beaucoup de sens pour nous, comme pour Microsoft d'ailleurs, d'aboutir à un accord qui sera avant tout industriel», a-t-il ajouté.

Dailymotion devrait rester français

Le PDG d'Orange a par ailleurs précisé que le groupe français devrait «garder la majorité de Dailymotion, jusqu'à nouvel ordre, car nous voulons rester maîtres d'une des plus belles réussites de l'Internet français».

Le 11 décembre dernier, Stéphane Richard avait indiqué qu’Orange espérait arriver «à un accord avec un partenaire sur le marché américain dans les prochaines semaines. Il s'agit d'un acteur majeur de l'économie numérique».

Le couac avec Yahoo!

Au printemps 2013, la plateforme de vidéo en ligne française avait fait l'objet d'un intérêt prononcé de la part du géant américain de l'internet, Yahoo!, qui souhaitait racheter 75% du capital de Dailymotion, avec une option pour monter à 100%.

Le gouvernement, par la voix du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, s'était opposé à cette vente, refusant que la reprise ne dépasse les 50%. L'Etat détient toujours 27% du capital d'Orange. Depuis l'échec de la reprise par Yahoo!, Dailymotion a bénéficié de quelque 30 millions d'investissements de la part de sa maison mère, pour assurer son développement. La plateforme concentre 85% de son audience à l'étranger et les Etats-Unis représentent son premier marché, d'où la volonté d'Orange de nouer un partenariat aux Etats-Unis.