20 Minutes : Actualités et infos en direct
Google: Votre photo, votre nom et vos avis bientôt utilisés dans des publicités

Google: Votre photo, votre nom et vos avis bientôt utilisés dans des publicités

WEB – Le géant de Mountain View marche dans les pas d’un autre géant américain, Facebook, et ses «actualités sponsorisées»...
 Google se lance dans les «recommandations partagées» en utilisant les noms, photos, notes et avis de ses utilisateurs.
 Google se lance dans les «recommandations partagées» en utilisant les noms, photos, notes et avis de ses utilisateurs. - CAPTURE D'ECRAN / 20 MINUTES
Anaëlle Grondin

Anaëlle Grondin

Vous avez l’habitude de donner des recommandations et avis en surfant dans les résultats de Google? Ou encore de noter des applications sur Google Play? Sachez que ces activités pourront bientôt «apparaître dans des annonces», a indiqué vendredi le géant de la recherche en ligne dans une mise à jour de ses conditions d’utilisation, qui s’appliqueront le 11 novembre. Autrement dit, si vous possédez un compte Google, vos nom, photo, notes et avis pourront être utilisés par la firme de Mountain View pour promouvoir des produits ou des entreprises sur Internet.

Un exemple concret: vous mettez quatre étoiles au dernier album de Katy Perry sur Google Play? Vos nom, photo de profil Google et commentaire –élogieux– viendront appuyer une publicité en ligne sur le disque. Une mine d’or pour les annonceurs: car le bouche-à-oreille virtuel entre connaissances est souvent beaucoup plus efficace qu’un spot publicitaire. Ces «recommandations partagées», comme l’appelle Google, apparaîtront dans les résultats de recherche de Google, sur Maps ou encore sur sa boutique d’application en ligne Play. Selon le New York Times, ces publicités sociales s’afficheront sur les services de Google mais aussi sur les deux millions de sites Web qui font appel à sa régie publicitaire.

Une case à «décocher» pour éviter d’apparaître dans les annonces

«Les recommandations provenant de vos connaissances peuvent vous aider. Par conséquent, il est possible que vos proches et d’autres utilisateurs voient apparaître le nom et la photo de votre profil ainsi que d’autres contenus, tels que les avis que vous partagez», défend le géant américain.

Vous avez un compte Google et ne souhaitez pas voir vos recommandations partagées? Google précise que vous pouvez désactiver cette option. Pour le faire, il faut vous rendre sur la page «recommandations partagées» du géant américain et décocher la case «en fonction de mon activité, Google peut afficher mon nom et ma photo de profil dans les recommandations partagées qui apparaissent dans les annonces». Cliquez ensuite sur «enregistrer».

Les associations de défense de la vie privée veillent

De la même manière, le réseau social Facebook exploite déjà les «likes» de ses utilisateurs pour ses «actualités sponsorisées», qui permettent à des marques d’utiliser le nom et la photo d’un membre du site pour se mettre en avant auprès de ses amis. Fin août, le site de Mark Zuckerberg, qui compte plus d’un milliard de comptes, a tenté d’aller plus loin en écrivant noir sur blanc dans sa nouvelle politique d’utilisation des données: «Vous nous autorisez à utiliser vos nom, photo de profil, contenu et informations dans le cadre d’un contenu commercial, sponsorisé ou associé (par exemple une marque que vous aimez) que nous diffusons ou améliorons.» Le réseau social a dû abandonner temporairement cette idée, après que six organisations américaines de protection de la vie privée ont saisi la Federal Trade Commission (FTC), autorité de la concurrence outre-Atlantique.

Aussitôt annoncée, la nouvelle politique de Google a également été dénoncée ce week-end par des associations de défense de la vie privée américaines, qui arguent que les internautes n’ont pas donné leur consentement et qu’ils ne s’attendaient pas à ce que ces données soient utilisées de cette manière au moment où ils ont donné leur avis en ligne. L’entreprise s’expose à des poursuites. Déjà dans le collimateur de la FTC, le géant de Mountain View fait l’objet d’une procédure de sanction de la Cnil pour non-respect de la confidentialité de ses utilisateurs.