Le Vietnam va imposer de nouvelles restrictions aux internautes

avec AFP

— 

Le Vietnam a dévoilé un nouveau décret qui va interdire le partage d'articles d'actualité sur les blogs et les réseaux sociaux, une décision vue par les internautes comme une nouvelle tentative de limiter la liberté d'expression.

Le texte rendu public mercredi soir, appelé Décret 72, entrera en vigueur en septembre. Il stipule que les internautes ne pourront pas utiliser les réseaux sociaux pour partager ou échanger des informations sur l'actualité.

Echanger des informations personnelles uniquement

Les blogs, Facebook ou Twitter, de plus en plus populaires pour contourner la censure du régime communiste, ne pourront être utilisés que pour «fournir ou échanger des informations personnelles», selon une copie du décret signé par le Premier ministre Nguyen Tan Dung.

Les utilisateurs de réseaux sociaux ne seront pas autorisés à «citer des informations générales (...), des informations des journaux, d'agences de presse ou de sites contrôlés par l'Etat», a déclaré Hoang Vinh Bao, responsable du Département de la Radio, télévision et information, cité par le site d'informations VNExpress. Selon le ministre adjoint de l'Information Le Nam Thang, cité par le site VietnamNet, l'objectif est que les internautes «trouvent des informations correctes et propres».

Adresses IP des internautes violant la loi

Il n'est pas clair à ce stade comment les nouvelles règles seront appliquées ni les peines liées à leur non respect, mais elles pourraient en théorie interdire le partage de liens ou la discussion d'articles publiés même par la presse officielle, selon des observateurs d'Internet.

Le décret interdit également aux fournisseurs de service Internet de «fournir des informations contre le Vietnam, saper la sécurité nationale, l'ordre social et l'unité nationale, ou de déformer les informations, de calomnier et diffamer le prestige d'organisations, l'honneur et la dignité des individus». Et il réclame aux sites hébergeant des contenus de fournir les adresses IP des internautes violant la loi.

Cette disposition est destinée à forcer Facebook et Google, qui avaient critiqué les précédentes versions du projet de décret, à être «complices de la limitation des libertés en ligne», a dénoncé Shawn Crispin, du Comité pour la protection des journalistes (CPJ), tout en doutant que ces géants de l'Internet se plient à la requête.«Des blogueurs indépendants ont défié le contrôle sur les médias au Vietnam et ce nouveau décret est la dernière tentative du gouvernement de fermer cet espace ouvert», a-t-il ajouté.

«Ennemi d’Internet»

Le Vietnam, où journaux et télévisions sont contrôlés par l'Etat, est considéré comme un «ennemi d'Internet» par Reporters sans frontières (RSF) qui a également classé le pays à la 172e place sur 179 de son dernier index de la liberté de la presse.

De plus en plus de citoyens préfèrent ainsi s'informer par l'intermédiaire des blogs et des réseaux sociaux mais le régime essaie sans cesse de réduire au silence ces débats en ligne. Avec le nouveau texte, les autorités veulent «nous transformer en robots», a dénoncé Nguyen Van Phuong, utilisateur célèbre de Facebook. «Ce décret veut clairement museler la population», a renchéri le blogueur Nguyen Quang Vinh.

Depuis le début de l'année, au moins 46 militants ont été condamnés, souvent à de longues peines de prison, pour activités contre l'Etat. Et au mois de juin seul, trois blogueurs ont été arrêtés pour propagande contre l'Etat, un chef d'accusation régulièrement utilisé contre les dissidents.