Va-t-on me virer pour avoir publié ce tweet? Un site vous met en garde

WEB Des chercheurs allemands ont lancé un site, FireMe!, qui permet de répertorier les messages négatifs que vous avez pu publier sur votre chef ou votre entreprise. Leur objectif? Faire prendre conscience aux internautes que ce qui est écrit sur le site est public et peut leur valoir des ennuis...

Anaëlle Grondin

— 

L'interface du site «Fire Me!» qui répertorie tous les tweets haineux se rapportant à l'emploi.
L'interface du site «Fire Me!» qui répertorie tous les tweets haineux se rapportant à l'emploi. — CAPTURE D'ECRAN/20MINUTES.FR

«Mon chef est arrogant et le pire c'est que j'ai plus de diplôme que lui!», «Mon patron n’a pas arrêté de venir m’emmerder ce matin», «Je n’en peux plus de mon boulot de merde», «Les clients de ma boîte sont des nazes»… Il n’est pas rare de tomber sur ce genre de messages en parcourant Twitter. Et pourtant, à moins d’avoir paramétré son compte pour rendre ses tweets privés, tous ces messages peuvent être lus par n’importe qui sur la Toile, et donc par les chefs ou les clients en question.

Sachez qu’un malheureux tweet peut vous conduire directement à Pôle emploi. C’est ce qui est d’ailleurs arrivé à un Toulousain de 21 ans il y a quelques mois.  «Il faut savoir que le web est très surveillé. Les entreprises mettent en place des outils pour surveiller leur e-réputation», avait déclaré à 20 Minutes en janvier dernier Mathieu Prud'homme, avocat spécialisé dans l'Internet au cabinet Alain Bensoussan.

«Devenez responsable» 

Des chercheurs allemands de l'université de Hanovre se sont intéressés à ce phénomène et ont lancé le site FireMe!, qui répertorie tous les tweets haineux (en anglais pour l’instant) se rapportant au travail, présentés sous un bandeau intitulé «Ils veulent se faire virer…». Plusieurs expressions négatives sont prises en compte («hate my job», «horrible boss», etc.). Le site propose également aux utilisateurs du réseau social de vérifier leur compte pour savoir si leurs tweets passés pourraient se révéler compromettants et menacer leur emploi. Il suffit d’entrer son identifiant Twitter ici, sous la phrase «Découvrez si vous avez des chances de vous faire licencier si votre patron tombe sur votre compte Twitter». 

«Notre but est de faire prendre conscience du danger potentiel de ce que l'on poste publiquement. La plupart des gens ne sont pas courant qu'une fois qu'on a dit quelque chose sur Internet, il n'est pas possible de le retirer. Tous les tweets que nous montrons sont également visibles sur Twitter. Alors ne rejetez pas la faute sur nous, mais devenez responsable», écrivent les créateurs du site, qui souhaitent montrer que des imprudences en ligne, dans un accès de colère, peuvent avoir des conséquences «IRL».