«On ne vend pas les informations de nos utilisateurs», jure Facebook

P.B.

— 

Des écrans connectés à Internet, Facebook.
Des écrans connectés à Internet, Facebook. — REUTERS/Valentin Flauraud
19h05: C'est terminé

La grande session de questions-réponses a tourné court. La modératrice n'a sélectionné aucun sujet véritablement polémique (sur l'utilisation des données par les apps partenaires, notamment).Ce qu'il faut retenir: oui, Facebook utilise les données personnelles pour la publicité ciblée, mais il le fait, comme le reste de l'industrie, dans le respect de la loi.
>> On le rappelle, vous avez jusqu'au 10 décembre 21h pour voter sur les nouveaux changements. Le papier explicatif, c'est ici.
 

19h00 Mes données vendues aux publicitaires?
«On ne vend pas les informations de nos utilisateurs. On publie de la publicité ciblée en fonction de leurs centres d'intérêt. A moins que l'utilisateur ait donné son accord explicite, nous ne fournissons pas la liste des personnes ayant vu la publicité», répète Facebook. En clair, attention en installant une app à bien vérifier que vous ne donniez pas votre accord.
18h55: Que faire face à un faux compte?
Un ex vous pourrit la vie en ayant créé un faux compte et publie des photos embarassantes? Il faut passer par le service client de Facebook et signaler le faux profil, et l'équipe sécurité du réseau enquêtera.
18h50: Les utilisateurs ne veulent pas des nouvelles conditions à 90%
Il y a une certaine ironie dans l'affaire: environ 80.000 utilisateurs ont voté jusqu'à présent et ils s'opposent, à 90%, aux changements. Mais parce qu'il faudrait que la participation grimpe à 300 millions de personnes pour que le vote ait un impact, Facebook va adopter les changements et supprimer le droit de vote.
18h40: "Le partage d'informations se conforme à la loi"
Facebook le répète, il utilise vos informations personnelles (toutes, y compris la religion ou parti politique) pour proposer de la publicité ciblée. "Mais le partage d'informations se conforme à la loi tout est fait anonymement", explique Facebook. En clair, Nike vient voir Facebook et dit "je veux que ma pub soit affichées chez les hommes de 18-35 ans, qui check-in souvent à une salle de gym" et Facebook fait le tri dans sa base.
18h35: La qualité et pas la quantité
Voter, c'était possible avec 200 millions de personnes mais avec 1 milliard, c'est plus compliqué, explique Facebook, qui préfère "la qualité" vs "la quantité" des retours. En clair, Facebook n'aime pas les copiers-collers qui déclenchent automatiquement un vote à partir de 7.000 commentaires.

18h30: C'est parti
Le flux vidéo fonctionne ici.

Depuis hier et jusqu'au 10 décembre, un milliard de membres de Facebook sont appelés à voter pour conserver ou supprimer leur droit de vote. La procédure avait été lancée en 2009 et soumettait à un référendum populaire tout changement sur les conditions d'utilisation de Facebook recueillant au moins 7.000 commentaires. La procédure est surtout symbolique: la participation n'atteindra jamais les 30% (300 millions de personnes) nécessaires à rendre le vote légalement effectif.

Mark Zuckerberg estime que le système n'est plus adapté à la taille du réseau et veut mettre en place un dialogue direct avec les utilisateurs, avec des points réguliers tenus pour clarifier les inquiétudes autour de la vie privée.

Ces dernières semaines, beaucoup ont copié-collé le message erroné concernant leurs informations personnelles. Facebook le rappelle: les utilisateurs restent propriétaires de leurs données, mais celles-ci sont bien utilisées pour la publicité ciblée, de manière anonyme. Erin Egan, la responsable vie-privée du réseau social, doit répondre à toutes les questions à partir de 18h30.