L'UEJF assigne Twitter pour identifier les auteurs de contenus antisémites

A.L avec AFP

— 

L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a assigné en référé Twitter afin de contraindre la plate-forme de microblogging à lui communiquer les données permettant d'identifier les auteurs de tweets antisémites ou racistes, a-t-on appris mardi auprès de son avocat.
L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a assigné en référé Twitter afin de contraindre la plate-forme de microblogging à lui communiquer les données permettant d'identifier les auteurs de tweets antisémites ou racistes, a-t-on appris mardi auprès de son avocat. — Fred Tanneau afp.com

Mi-octobre, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) s’était émue du hashtag #unbonjuif qui avait envahi Twitter. L'association avait engagé des démarches pour obtenir le retrait de ces tweets, et disait, le 19 octobre, avoir obtenu l'accord de Twitter sans que la société elle-même n'infirme ou confirme. 

Ce mardi, l'UEJF a assigné en référé Twitter afin de contraindre la plate-forme de microblogging à lui communiquer les données permettant d'identifier les auteurs de tweets antisémites ou racistes, a appris l'AFP auprès de son avocat.

Une audience est prévue le 8 janvier au tribunal de grande instance de Paris, selon Me Stéphane Lilti. L'UEJF demande également à la justice d'ordonner à Twitter de mettre en place un dispositif permettant de signaler des contenus illicites au regard de la loi française.
L'UEJF a visé une soixantaine de comptes qui avaient été rendus inaccessibles par Twitter à la suite de signalements effectués par l'association en octobre en vertu de la loi pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN), selon l'assignation consultée par l'AFP.