20 Minutes : Actualités et infos en direct
TransportFinalement, le Paris Berlin passera « progressivement » par Strasbourg

Finalement, le TGV Paris-Berlin passera « progressivement » par Strasbourg

TransportLa future ligne de TGV Paris-Berlin, qui ne devait pas passer par Strasbourg au grand dam des élus locaux, passera « progressivement » par la capitale alsacienne, selon Clément Beaune, le ministre délégué aux Transports
Dans un TGV de la SNCF. (Illustration)
Dans un TGV de la SNCF. (Illustration) - A. GELEBART / 20 MINUTES / A. GELEBART / 20 MINUTES
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Elle n’est pas encore en place mais c’est déjà un roman. Passera, passera pas par Strasbourg, la future ligne de TGV Paris-Berlin, dont le tracé de cette nouvelle liaison fait l’objet de nombreux débats ces derniers mois, continue à diviser au lieu de rapprocher… Fin juin, l’exploitant public allemand Deutsche Bahn, évoquait un « accord » avec la SNCF et estimait que la future ligne ne passerait « probablement » pas par la métropole alsacienne.

Selon la Deutsche Bahn, le tracé passerait plus au nord, par Sarrebruck et Francfort. Ce vendredi, à l’occasion d’une visite en Alsace, Le ministre délégué aux Transports Clément Beaune a remis le train sur les rails : Ce dernier a en effet annoncé que le tracé passera « progressivement » par Strasbourg, mais pas avant 2025 au mieux.

« Il faut d’abord revoir le plan de transport du TGV Est »

« Le train entre Paris et Berlin va s’ouvrir en deux temps, avec un train de nuit qui ouvre en décembre 2023, et un train de jour qui va faire la connexion fin 2024, les dates doivent être précisées », a déclaré Clément Beaune au cours d’une conférence de presse à Strasbourg. « Mais on ne commencera pas avec l’arrêt à Strasbourg : il faut d’abord revoir le plan de transport du TGV Est entre Paris et Strasbourg, pour ne pas diminuer la fréquence » sur cette liaison, tout en ajoutant la nouvelle liaison avec Berlin, a-t-il poursuivi. Le passage par Strasbourg « se fera dans les années qui suivent. Cet engagement sera tenu. C’est important, c’est un symbole. Et il n’y a pas d’obstacle rédhibitoire qui l’empêcherait », a assuré le ministre.

Pour rappel, à l’annonce de la Deutsche Bahn au printemps dernier, les mairies de Strasbourg et de la ville allemande voisine de Karlsruhe, ainsi que plusieurs députés et élus des deux régions frontalières, avaient exprimé dans une lettre ouverte fin mai leur inquiétude de voir la future ligne TGV leur échapper. « Un autre choix de tracé est incompréhensible et incohérent », avaient déclaré Jeanne Barseghian, maire EELV de Strasbourg, et Franck Mentrup, son homologue de Karlsruhe. « Je ne peux pas imaginer qu’on passe outre l’accessibilité de la capitale européenne à Strasbourg », avait martelé la maire écologiste.

A l’inverse, le maire de Metz, ville voisine de Sarrebruck, l’ex-LR François Grosdidier, s’était réjoui de la perspective d’un TGV passant par ses terres. « On peut imaginer que les deux types de trajets [via Strasbourg ou via Sarrebruck] peuvent coexister. On est en train de regarder aussi les durées de trajets », a indiqué Clément Beaune.

Pour l’heure, rejoindre Berlin depuis Paris reste un long périple. Il n’existe en effet pas de train direct entre Paris et Berlin. Il faut plus de huit heures pour joindre les deux capitales avec au moins un changement…

Sujets liés